Justice

Ils avaient volé sept motos

  • Des peines de huit à dix mois de prison, aménageables, ont été prononcées.
    Des peines de huit à dix mois de prison, aménageables, ont été prononcées. Archives JAT / José A. Torres / Archives JAT
Publié le / Modifié le S'abonner

Pour reprendre les termes un peu badins d’un des avocats de la défense : « C’est l’enquête pénale la plus rapide de l’année, peut-être de la décennie »… Et pour cause. Samedi matin, un vendeur de motos de Villefranche-de-Rouergue découvre médusé qu’il s’est fait voler sept motos et casques ainsi que le fonds de roulement de sa caisse. Lundi 23 septembre, trois des quatre auteurs présumés des faits ont été condamnés !

Cette célérité a une explication. Rapidement, le patron du magasin a fait part aux gendarmes des soupçons qu’il porte sur une Villefranchoise conduisant un van jaune, et venue dernièrement dans son magasin avec ses enfants. Or, coïncidence, ce véhicule était sous le coup d’une géolocalisation depuis quelques jours, dans le cadre d’une autre affaire. Et après vérification des mouvements du véhicule en question, dans la nuit de vendredi à samedi, il n’y avait plus de doute possible.
Cette géolocalisation permet aux gendarmes de découvrir la cache, dans le bois de Sainte-Croix, où étaient dissimulées les motos. Et, nouvelle coïncidence, alors qu’ils procèdent aux relevés d’empreinte surgit dans le bois… le van jaune.

Au volant, une mère de famille de sept enfants. Elle reconnaît les faits, dans lesquels sont impliqués un mineur, qui comparaîtra devant le juge des enfants, et deux autres personnes, qui se retrouvent à ses côtés dans le box des prévenus.

Si elle reconnaît ses responsabilités, elle réfute être à l’initiative de ce cambriolage. À l’inverse des deux comparses qui expliquent avoir accepté sa proposition, moyennant 500 euros. Le premier, jeune papa, fondra en larmes devant le juge à qui il explique « n’avoir pas eu le choix » pour subvenir aux besoins de sa petite famille. Le deuxième, connu pour être celui qui avait mis le feu aux poubelles de Rodez l’an passé, connu aussi pour « ses troubles du discernement » explique avoir fait cela « pour aller en prison » tout en réclament dans le même temps du travail.
Tous trois écopent de huit à dix mois de prison. Une peine qu’ils pourront aménager.

Philippe Routhe
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

45 €

GARAGE FERME ET INDIVIDUEL SITUE RUE DE LA PENDERIE[...]

250 €

APPARTEMENT SITUE EN PLEIN CENTRE VILLE DANS UN PETIT COLLECTIF ,LOGEMENT R[...]

280 €

Appartement de 21m2 situé au dernier étage avec ascenseur Situé à côté des [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir