La santé vaginale des femmes ménopausées reste peu abordée en consultation

  • Près de la moitié des femmes de l'étude a déclaré ressentir des démangeaisons ou une sécheresse vaginale, mais seulement 39% ont osé en parler avec leur médecin.
    Près de la moitié des femmes de l'étude a déclaré ressentir des démangeaisons ou une sécheresse vaginale, mais seulement 39% ont osé en parler avec leur médecin. champja / Istock.com
Publié le , mis à jour

(Relaxnews) - Une nouvelle étude présentée lors de la North American Menopause Society qui se tiendra du 25 au 29 septembre à Chicago (Etats-Unis) montre que les femmes ménopausées qui consultent parlent toujours aussi peu de leur santé vaginale. Le personnel médical semble encore moins à l'aise avec cette idée.

Les recherches ont porté sur une cohorte de 1.500 femmes ménopausées. Parmi elles, près de la moitié (45%) a déclaré ressentir des démangeaisons, une sécheresse ou des odeurs anormales au niveau du vagin. Ces symptômes sont typiques du syndrome génito-urinaire de la ménopause. Pourtant, seulement 39% ont osé en parler avec leur médecin. 

Cette réticence à parler est encore plus frappante du côté du personnel médical. Les chercheurs ont découvert que la patiente était plus susceptible d'aborder le sujet que le médecin (59% contre 22%). Une petite part des femmes sondées (16%) ont déclaré que le type de discussion avait été amorcé dans les deux sens. 

Parmi les femmes qui ont entamé une conversation avec leur médecin, 83% étaient satisfaites ou très satisfaites des résultats des discussions qui ont mené à des recommandations utiles. En revanche, 18% n'ont pas eu cette chance et le regrettent. 

"Puisque les discussions qui ont eu lieu ont mené à des interventions utiles, cela suggère un rôle pour un dépistage à l'initiative des cliniciens pour le syndrome génito-urinaire de la ménopause", explique la Dre Amanda Clark, chercheuse affiliée au Kaiser Permanente Center for Health Research (Portland, Oregon), qui a dirigé l'étude.

"Avec tant d'options maintenant disponibles, comme les lubrifiants et les hydratants en vente libre ainsi que les produits hormonaux vaginaux à faible dose contenant des œstrogènes ou de la DHEA, il n'y a aucune raison pour que les femmes continuent à souffrir en silence", renchérit la Dre Stephanie Faubion, directrice médicale de The North American Menopause Society.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?