Quand le local booste département et région

  • Les maires, les représentants de la Région, du département et du PETR réunis à Viviez/Photo MCB
    Les maires, les représentants de la Région, du département et du PETR réunis à Viviez/Photo MCB
Publié le

La signature de ces contrats multipartites est le résultat de quelque sept années de travail.

Lorsqu’autour de la table, on retrouve la Région, le département, le PETR (Pôle d’équilibre territorial rural), Decazeville communauté ainsi que les maires d’Aubin, de Cransac-les-Thermes et de Firmi pour apposer leurs noms au bas des contrats de Bourg Centre, "cela s’apparente à un véritable alignement de planètes", a fait remarquer André Martinez.

Le président de la Communauté de commune et maire d’Aubin, concerné au premier chef, apprécie que "tout le monde tire dans le même sens", ce qui est justement l’une des clés observées sur le Bassin pour lui permettre effectivement de remonter la pente et renaître de ses cendres.

Même constat pour la conseillère départementale, Michelle Buessinger, qui estimait que "si on travaille vraiment tous ensemble, c’est ainsi qu’on arrivera à augmenter l’attractivité du territoire et à garder les jeunes". Et André Martinez de poursuivre : "Si le local gagne, le département gagne et la Région gagne".

Ce qui faisait dire au conseiller régional Stéphane Bérard que "ce dispositif permet justement de donner de la proximité à la région Occitanie. Ça donne la possibilité d’instruire des dossiers de manière locale", insistait le représentant de la présidente, Carole Delga.

Une addition de valeurs

Le PETR peut actuellement s’enorgueillir de onze contrats de Bourg centre, concernant quinze communes sur l’ensemble du département, dont six sur l’ouest Aveyron.

"Le fait d’être inscrit dans cette revitalisation oblige les élus à rendre plus attractif leur territoire afin d’être reconnu. Ça crée de la dynamique", soulignait François Marty représentant Jean-Philippe Sadoul, président du PETR.

Ces contrats de bourgs centres visent à définir une feuille de route partagée avec les acteurs locaux pour le développement des petites villes, des bourgs ruraux ou périurbains. Ils sont "l’aboutissement d’un travail important. On a lancé les fondations d’un nouveau partenariat, le reste suivra. Entre la décision politique, technique et l’instruction des dossiers, il faut qu’il y ait osmose et cohérence", reprenait André Martinez.

"Ce dispositif va dans la philosophie de la commune de Firmi", confiait, de son côté, le premier édile, Jean-Pierre Ladrech.

"Chaque commune est un maillon de l’attractivité du territoire, la communauté de communes et l’addition des valeurs de toutes les communes. Il ne faut pas être absent de ce dispositif qui intègre de nombreuses actions sur tous les sujets. Chaque commune a une vision du territoire mais l’élaboration de ce projet nous amène à un niveau de réflexion différent", estimait le même. "C’est important de s’attaquer à ces problèmes, de mettre de la respiration, et ce qui bénéficie à une commune bénéficiera aux autres même si parfois on a quelques réflexes de clocher", confiait le maire de Cransac-les-Thermes, Michel Raffi. En ces temps économiques préoccupants, notamment pour la SAM, André Martinez mettait l’accent sur "la liaison urbaine structurante entre les cinq communes du Bassin car il y a des entreprises qui émergent dans la tradition énergétique". Et de citer l’exemple de la Snam, d’Ondulia, et de Solena. "Ce sont trois projets de plus de 100 millions d’euros d’investissement qui généreront près de 600 emplois mais nous ne sommes malheureusement pas pour l’instant en capacité d’accueillir ces personnes. Tout cela dépend d’un projet global qu’on ne peut pas sectoriser".

"Moment historique"

"Cette intelligence collective oblige à une visibilité sur plusieurs années pour des aménagements de qualité avec des fonctionnalités pour les personnes qui vivent sur place, tout en restant très attractif pour les autres. Il s’agit d’être dans la cohérence et dans la pertinence des territoires pour être réactif", réaffirmait Stéphane Bérard.

En conclusion, le maire de Cransac-les-Thermes a qualifié cette signature de "moment historique".

Et Michel Raffi de confier : "Même si le mot est un peu fort, c’est très émouvant car on en parle depuis sept ans".

GDM
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

188000 €

A VENDRE-immeuble de rapport comprenant bel appartement de 96 m2 situé en r[...]

43300 €

Venez découvrir ce terrain situé sur les hauteurs de Decazeville. Terrain c[...]

318000 €

SECTEUR DECAZEVILLE - Local Commercial 380 m² et entrepôt 200 m² sur un ter[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?