visite présidentielle

Les commerces ruthénois ouvrent pour atténuer le manque à gagner

  • Hormis les terrasses des zones concernées par la visite présidentielle, aucun commerce n’est dans l’obligation de fermer ses portes aujourd’hui.
    Hormis les terrasses des zones concernées par la visite présidentielle, aucun commerce n’est dans l’obligation de fermer ses portes aujourd’hui. JAT / JAT
Publié le / Modifié le S'abonner

Une quarantaine de commerçants avaient fermé jeudi dernier. Pas question pour eux de répéter aujourd'hui cette erreur qui va leur coûter une baisse du chiffre d’affaires.

Faut-il fermer ou rester ouvert ce jeudi 3 octobre ? Les commerçants interrogés et ayant fermé jeudi dernier ne veulent pas subir un deuxième jour de manque à gagner. Ils sont partagés entre la colère et le fatalisme.

La semaine dernière, ils étaient une quarantaine de commerces à avoir fermé, dont une dizaine de restaurateurs et cafetiers, selon l’Umih (Union des métiers et des et des industries de l’hôtellerie). Ces professionnels ont craint un manque de fréquentation. Le personnel a donc été mis en congés. Cette baisse des consommateurs dans les rues est confirmée par le manager en centre-ville. "Nous avons enregistré un taux de moins 10,6 % sur la moyenne des jeudis du mois de septembre, grâce à notre compteur, rue Neuve", explique William Fraysse.

Du coup, la fréquentation des rues commerçantes, et surtout celles sur les zones sécurisées (place de la mairie et la salle des fêtes), sera mathématiquement moindre aujourd’hui, même si la majorité des commerçants ont pris la décision de rester ouverts.

Au restaurant le Central qui a fermé jeudi dernier, il n’est pas question de fermer à nouveau. "On ne peut pas se permettre de fermer deux fois, c’est une grosse perte. On enlève la terrasse, mais le restaurant restera ouvert", expliquent les associés.

Juste en face, le patron d’Aveyron Gourmet ne décolère pas : "Jeudi, c’est le jour où je reçois les produits frais pour le week-end. Même si je fais zéro chiffre d’affaires, je resterai ouvert. Je ne comprends pas qu’on ferme un secteur aussi grand pour la venue d’un président de la République. Même au G7, on ne ferait pas autant… ", souligne le professionnel.

"On a vendu des sandwichs aux CRS"

Idem du côté du chocolatier sur la place de la mairie où l’incertitude règne. "On n’a pas d’instruction. Jeudi dernier, on était resté ouvert", explique le couple.

Du côté des professionnels qui n’ont pas fermé, on se dit qu’on a bien fait ! "Notre groupe de boutique Tacoa, Calzedonia, Addict et It Style, on a fait le choix de ne pas fermer. Nous avons eu une petite journée, mais ça va, on a fait notre chiffre. Aujourd’hui on reste ouvert", explique une vendeuse.

On retrouve le même sourire à la boulangerie la Pyramide. "On a bien vendu et surtout des sandwichs. Les CRS ont en pas mal consommé !".

Voilà une clientèle à laquelle on ne pense pas mais qui ne suffira pas à compenser le manque à gagner des vendeurs de chaussures, vêtements et autres bijoux et parfums… plutôt mécontents des conséquences de la visite présidentielle.

Salima Ouirni
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

500 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE Un hall d'entrée, un salon s[...]

520 €

Situé à RODEZ et proche de toutes commodités (Lignes de bus et commerces) :[...]

150 €

SECTEUR LAYOULE PROCHE CENTRE VILLE CHAMBRE DE BONNE AVEC VUE DEGAGEE COMPO[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir