Culture et Loisirs

Mathide Poulanges à l’honneur au centre culturel

  • Mathide Poulanges à l’honneur au centre culturel
    Mathide Poulanges à l’honneur au centre culturel
Publié le / Modifié le S'abonner

Vendredi dernier avait lieu le vernissage de l’exposition De rerum natura de Mathilde Poulanges, artiste installée sur le Larzac depuis 20 ans.

Mathilde, c’est avant tout une belle personne, qui s’interroge, qui questionne la vie, les hommes, et a toujours cherché un moyen d’expression pour exprimer sous forme artistique toutes les réflexions qui bouillonnent, et tendent à comprendre le monde. On comprend déjà mieux son titre, "De rerum natura", qui fait référence au poète latin Lucrèce, pour lequel la connaissance du monde doit permettre à l’homme de se libérer du fardeau des superstitions, religieuses notamment, constituant autant d’entraves qui empêchent chacun d’atteindre la tranquillité de l’âme.

"Cette exposition, c’est pour se questionner sur ce qu’est le livre, et le rapport que chacun de nous a avec lui. Les livres, ce sont les compagnons de toujours, les objets qui recueillent nos pensées construites. Dedans, il y a à peu près tout : on y fait face à toutes les problématiques pour apporter des solutions.

C’est pour ça que je les embaume. On s’émerveille de créer des objets pour recueillir notre mémoire, alors que nous-mêmes nous n’avons pas de mémoire. Je veux dire par là qu’on ne tire aucune conclusion de ce qui arrive." Alors, ces bouquins promis au pilon, Mathilde en a fait sa matière première ! Depuis 2009, elle récupère, recycle, crée à partir de ces objets mis au rebut, et depuis 2014, sa création utilise le feu pour déconstruire la relation au livre. L’adjonction de verre fondu, coulées de cuivre, et, tout récemment du goudron, ajoute un aspect précieux à l’objet détourné. Le livre, dont le papier est fabriqué à base de cellulose, donc de feuilles d’arbres, prend des allures d’écorce dans les mains de Mathilde. Nathalie Bouillard, qui a connu l’artiste grâce à Rachel Amalric, ancienne directrice du musée de Millau et des Grands Causses, se félicite de la venue de Mathilde, et se montre très touchée par "la sensibilité de l’artiste, son ouverture au monde, une exposition poétique touchant à l’intime, mais un intime universel".

Exposition ouverte jusqu’à la fin du mois de novembre de 9 heures à midi et de 14 heures à 17 heures en semaine, ou sur rendez-vous au 05 65 29 86 79.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Rieupeyroux

70000 €

A Rieupeyroux, agréable maison de ville sur 3 niveaux avec en RDC une cuisi[...]

110000 €

Cette maison spacieuse a été bâtie en 1956 sur un terrain de près de 2000 m[...]

249000 €

Dans le centre historique de Rieupeyroux magnifique maison du début du 19èm[...]

Toutes les annonces immobilières de Rieupeyroux
Réagir