Les Anciens de l’enseignement catholique de l’Aveyron à Salers

  • Les participants à cette sortie ont été comblés. Les participants à cette sortie ont été comblés.
    Les participants à cette sortie ont été comblés.
Publié le

Début septembre, voilà que l’amitié, le soleil et la bonne humeur rassemblent une fois de plus les retraités de l’AAECA (Association des Anciens de l’Enseignement Catholique de l’Aveyron) pour une journée en direction du Cantal jusqu’au village de Salers, en terminant par le Puy Mary. La première surprise se cache au château d’Anjony. Les visiteurs sont frappés par cette construction magnifiquement solide et élancée : un grand donjon carré flanqué de quatre tours rondes. Ils se laissent interpeller par la magnificence du mobilier, des tapisseries, et tout particulièrement par les fresques de la petite chapelle. Prenez garde, assaillants, vous serez aperçus par deux ouvertures cachées dans la cheminée… prenez garde vous aussi, espions, vous pourriez perdre vos oreilles comme ce fut le cas pour le petit page !

À Salers, après un bon repas qui sut dissimuler le bon fromage dans la tarte de l’entrée, les voilà partis pour la visite de ce magnifique village. Salers devint après la guerre de cent ans une ville fortifiée de remparts dont certains laissent apparaître les multiples sections des orgues basaltiques qui le composent. L’habitat présente ses maisons aux toits pointus couverts de lauzes. Les murs arborent leurs pierres noires volcaniques soulignées par des joints blanc-beige. Quant à la belle église du lieu toute en harmonie avec son village, son espace a été agrandi pour abriter un vrai trésor : l’ensemble statuaire d’une "mise au tombeau" du Christ. Les visages, l’allure et le drapé des vêtements suscitent une vive émotion. Ce n’en était pas terminé pour les émotions puisqu’ils allaient emprunter une route sinueuse et magnifique dont l’effet de vertige pourrait rappeler la route des Trolls en Norvège. Ils gagneront ainsi le Puy Mary où la splendeur panoramique laisse "baba". S’agissant de la grimpette finale jusqu’au sommet, l’horloge a mis tout le monde d’accord : pas possible d’aller tout au sommet, pas le temps… tout mettre dans l’œil et le cœur. Les deux furent particulièrement comblés !

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Luc-La-Primaube

365 €

Appartement T2, de 33 m2, au centre de La Primaube comprenant : - une loggi[...]

346 €

LOCATION APPARTEMENT LA PRIMAUBE SANS FRAIS D AGENCE- Ravissant 2 pièces da[...]

157000 €

Dans une Résidence neuve, appartement T3 de 66,47m² avec terrasse de 8,50m²[...]

Toutes les annonces immobilières de Luc-La-Primaube
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?