Pluie de louanges pour le GR65 rectifié à Perse

  • Préfète et élus ravis et radieux levant les yeux au ciel en montant à la Vierge de Vermus.
    Préfète et élus ravis et radieux levant les yeux au ciel en montant à la Vierge de Vermus. OC
Publié le

Une balade symbolique des élus et partenaires a permis de couper le ruban et d’apprécier la réalisation.

Rendez-vous était donné jeudi dernier au pied de la chapelle de Perse pour découvrir le nouveau visage (et paysage) du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle reliant Perse à la Vierge de Vermus. Ces aménagements d’un montant de 75 000 € ont d’abord pu être menés grâce à la famille Galan. "Nous faisons l’acquisition bout à bout du GR65 pour permettre sa gestion", a déclaré en ce sens Éric Picard, maire d’Espalion.

Bottes chaussées, Catherine Sarlandie de La Robertie, préfète, accompagnée d’un groupe de randonneurs formés d’élus et partenaires, a ainsi arpenté ce tronçon sécurisé (risque de chutes de pierres et débroussaillage). Cette balade bucolique au cœur de la forêt, permettant d’apprécier l’écrin vert et les terrasses de pierres, a ravi les marcheurs d’un jour et permis de se rendre compte de la réussite et de la beauté de l’œuvre réalisée tout en coupant le traditionnel ruban tricolore.

Au point de constater que ce nouveau tracé a préservé son paysage vernaculaire. Une table de pique-nique permet une pause et bientôt un panneau explicatif agrémentera l’ensemble. La joie de la marche dans ce cadre faisant écho au "Feuilles d’herbe" de Whitman, a poussé la préfète et le groupe à prolonger ce moment hors du temps, donc de la frénésie du quotidien jusqu’au pied de la vierge de Vermus offrant une vue panoramique sur la vallée du Lot.

Un égrégore

Les discours prononcés à l’issue de la marche ont forcément été marqués par l’empreinte symbolique de ce chemin spirituel.

Pour Jean-Michel Lalle, président de la communauté de communes Comtal Lot Truyère : "Un projet comme celui-ci est un bonheur", pour Jean-Claude Anglars, au titre du Département : "une belle histoire" et pour la préfète : "un magnifique chemin". Tous ont salué le travail mené, comblé par la beauté de la nature et Nils Brunet pour l’Acir Compostelle de rappeler son rôle de fédérateur. Car le chemin, comme tout chemin, consiste à dépasser les frontières, les limites administratives pour voir ce qui se passe ailleurs. De l’autre côté. Comme une fenêtre sur le monde.

En guise de conclusion, Claire Molinier, directrice générale des services de la communauté de communes, a (parfaitement) résumé ce ressenti : "C’est l’égrégore".

Unanimement, tous seront prêts à rechausser les souliers de circonstance (bottes donc pour la préfète) lors du prochain tronçon sécurisé et ramenant l’herbe plutôt que du goudron sous les pieds entre le Village Vacances et le nouveau pont sur le Lot.

Olivier Courtil
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?