Villefranche-de-Panat : l’abstrait, trait pour trait, pari un peu fou d'Eric Chesneau

  • L’artiste dans son atelier.
    L’artiste dans son atelier. Repro CPA
Publié le

Après avoir vécu 7 ans sur un bateau, Éric Chesneau a créé son atelier de peinture dans l’ancienne minoterie de La Besse, à Villefranche-de-Panat.

Ce qui est profond n’est pas forcément creux, vide, sans fond, sans fin… Ce qui n’est pas dit est parfois exhaustif, très parlant, voire provocant. Convenons-en, mais bon… Il faut s’en convaincre. Mais ce qui n’est pas explicitement peint ? Que se cache-t-il derrière toutes ces couleurs désordonnées, entrelacées, disparues, réinventées, fugitives ? Rien ? Nous avons rencontré Éric Chesneau, chantre de la non-figuration, de l’invisible, de l’abstraction, dans son atelier. Sur nos gardes quand même. La rencontre fut chaleureuse, à l’image de l’homme, un homme habité qui habite ici, au village de la Besse, et dans les galaxies qu’il piste et débroussaille avec sa palette magique. Cet artiste a quitté la ville de Sète où il avait ouvert une galerie de peinture abstraite, pour venir s’installer ici. Après une expérience de graphiste et sept ans de vie sur un bateau, il lui a fallu choisir : peintre ou marin. Il a choisi peintre abstrait, sûrement pour son côté vague. Débarqué donc à Sète, puis Béziers, puis Pézenas, c’est à Villefranche-de-Panat qu’Éric Chesneau a mis pied à terre, sans s’emmêler les pinceaux. Il y vit, ici, à deux pas des planètes mystérieuses, et crée, traque le temps, le mouvement… Il a rénové l’ancienne minoterie de La Besse et l’a transformée en atelier, en salle d’exposition. Une grande chambre commune, à l’étage, accueille les élèves en stage (entre 6 et 9). Ils sont seulement trois peintres en France à proposer des stages sur la peinture abstraite. Pilote de lignes dès son lever, Éric Chesneau peint un monde de formes, de traits coupants, d’horizons fuyants… L’espace n’est jamais très loin de sa peinture. Jamais très loin de lui. Il en revient, de l’espace. Et il y repart. C’est son trajet quotidien.

Un peintre des lointains

Si Éric Chesneau a bien commis quelques portraits aux Beaux-Arts, à Sète, le figuratif est pour lui condamné à ses limites, son carcan : "Ce sera toujours qu’une pâle copie de la nature, tranche-t-il, une nature morte, figée, plaquée là, abandonnée. Même la plus réaliste…" Mais rentrons dans le vif du sujet. Le sujet, c’est quoi justement alors, dans l’art abstrait ? "Le mouvement. Le mouvement est permanent, continu, comme le temps, comme un trait, s’enthousiasme-t-il. Un papillon vit 3 jours, et nous, disons, 80 ans. La dimension de cette durée est dans l’abstraction. Il faut s’abstraire de la codification du monde. Je veux montrer l’invisible. Et la lumière qui fait disparaître les choses. Cette lumière-là, pas une autre". Comme on le voit, la barre est haute. Il faut la franchir. Car ce n’est pas facile de faire tenir le firmament, l’absolu et mille autres choses aussi encombrantes sur une toile. L’infini et son silence, sa quête, sa soif… Et de vivre de son art ! Cela procède de la péripétie. Et du talent.

Rester debout

"Vivre de mon art, tousse-t-il, je survis. Mais je reste debout. Je fais du ramassage scolaire pour joindre les deux bouts. Je n’ai aucune aide. Aveyron culture, je les ai vus une fois, puis plus rien… Et le village… Je passe auprès de certains pour un barbouilleur ou un fainéant, je sais. Mais je continue ma vie d’artiste. Il faut être malade… une grosse pathologie. Une grande entreprise m’a acheté quatre triptyques, ce qui m’a permis de passer l’hiver. Voilà. Mes tableaux sont juste des fenêtres. En dessous et au-dessus, ça continue, tout autour. Il y a plein de choses essentielles qui les entourent". Si Éric Chesneau se dit pessimiste, il garde en lui la force de la création. Une force irrépressible. Et il sourit quand des personnes lui demandent dans quel sens ça se regarde… "Je conçois qu’on puisse accrocher celle-ci horizontalement. Ça ne me dérange pas. Quand je peins je tourne autour du tableau. Et la terre tourne aussi, le temps !"

Atelier 32, La Minoterie, 5 route de Saint-Affrique, Villefranche-de-Panat. Tél. 0 565 691 802. eric.chesneau@gmail.com. https://ericchesneau6.wixsite.com
Jean-Paul Brun
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

211 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE T1 en centre ville.Entrée, [...]

361 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCEEntrée, séjour avec coin cuis[...]

320 €

Studio meublé rénové proche IUT et Lycée Monteil, avec ligne de bus directi[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?