Le crématorium de Rodez opérationnel en décembre

  • Le bâtiment a été imaginé par les architectes du cabinet HBM Rodez.
    Le bâtiment a été imaginé par les architectes du cabinet HBM Rodez. Centre Presse - Rachid Benarab
Publié le , mis à jour

L’exploitant du site, la Société des crématoriums du Rouergue et du Quercy, envisage une ouverture des lieux pour le 16 décembre.
 

Trente-sept pour cent des personnes décédées en France ont opté pour la crémation, selon les derniers chiffres relevés au niveau national. "Ce chiffre est un peu moins élevé sur le grand Sud-Ouest", précise aussitôt Wilfried Charoud de la Société les crématoriums du Quercy et du Rouergue. "Question de mentalité", analyse le futur responsable du crématorium ruthénois. Sorti de terre, l’été dernier, avenue de Bamberg (sous le cimetière de la ville), l’équipement est désormais en cours de finalisation. "Dans le Sud, les enterrements traditionnels restent la norme, poursuit Wilfried Charoud. Mais comme partout ailleurs dans le pays la crémation gagne du terrain." À ce propos, l’évolution du chiffre d’activité relevé au fil des ans au crématorium de Capdenac-Gare parle d’elle-même.

Objectif : ouvrir le 16 décembre

À l’ouverture du site capdenacois – le premier dans le département – moins de 250 corps y avaient été crématisés, tandis que depuis 2016 près de 700 crémations y sont dénombrées chaque année. À Rodez, l’équipement devrait "très vite être opérationnel, indique le responsable en précisant : Notre objectif, c’est d’ouvrir le 16 décembre". Bâti sur une parcelle de 4 000 m2, l’équipement qui a nécessité 3 M € d’investissement, occupe une surface au sol de 1 140m2 (soit 800 m2 de surface hors œuvre nette) et son point le plus haut culmine à un peu moins de 7 mètres. Prévu pour pouvoir y installer deux fours, l’équipement ouvrira ses portes avec un seul four. "Avec un four on peut réaliser jusqu’à 1 400 crémations chaque année", indique Wilfried Charoud. Une capacité qui ne devrait pas être atteinte dans l’immédiat, selon la Société des crématoriums du Rouergue et du Quercy qui table plutôt sur 800 crémations annuelles pour commencer. "Quand l’équipement fonctionnera à pleine capacité on envisagera l’installation du 2e four." Pour mémoire, une concession d’une durée de 30 ans a été signée entre la Ville de Rodez et la Société des crématoriums du Rouergue et du Quercy, à travers une délégation de service public (DSP). La Ville a mis le terrain à disposition.

À ce titre, elle percevra en contrepartie 20 000 € de redevance par an pour occupation du domaine public. Une somme à laquelle l’exploitant devrait ajouter une part variable en fonction des futurs résultats enregistrés sur place. Une fois les 30 ans écoulés, l’équipement pourra être rétrocédé à la Ville. Mais pas obligatoirement. "Si nous sommes satisfaits du service fourni par l’exploitant on pourra toujours signer une nouvelle concession, voire prolonger l’existante", avait fait savoir le maire Christian Teyssèdre peu de temps après la signature de la DSP.

"Le cas échéant, on pourra toujours récupérer un équipement qui n’aura pas coûté un sou aux Ruthénois. Ni aux Aveyronnais d’ailleurs."

Imaginé par les architectes du cabinet HBM Rodez, le crématorium est de forme ovoïde avec des murs en béton végétalisés, une salle de cérémonie ovale et un hall d’accueil largement vitré. Enfin, trois employés se relaieront au quotidien pour assurer la bonne marche du crématorium.

 

JDM
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

367 €

RODEZ - Situé à deux pas du centre ville, venez découvrir cet appartement T[...]

800 €

APPARTEMENT TRAVERSANT SITUE AU 2EME ETAGE AVEC ASCENSEUR LA CUISINE EST AM[...]

675 €

HYPER CENTRE DE RODEZ : Dans une copropriété calme et agréable, proche de t[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?