Avec "On the rocks", Vanessa Lacombe aime servir un plaisir nature à l’état brut

  • Vanessa Lacombe est « très attachée à l’Aubrac ». C’est d’ailleurs sur ce plateau qu’elle va chercher la matière première pour ses glaçons en granit On the rocks.
    Vanessa Lacombe est « très attachée à l’Aubrac ». C’est d’ailleurs sur ce plateau qu’elle va chercher la matière première pour ses glaçons en granit On the rocks. Repro CPA
Publié le

Fondatrice et présidentede cette entreprise installée depuis désormais cinq ans à Baraqueville, après quinze années passées à l’écoledu hameau de Frons, sur la commune de Camjac, cette quadragénaire brisela glace avec, notamment, des glaçons en granit, produit phare de sa gamme. Elle participe, ce week-end, au salon "made in France", porte de Versailles à Paris.

Elle est certes née à Rodez, voilà un peu plus de quatre décennies, mais ses racines familiales ont puisé leurs forces du côté de La Salvetat-Peyralès. Qui signifie La sauveté des pierres. Son destin était donc tout tracé. Vanessa Lacombe est à la tête de "On the rocks", une société avec laquelle elle crée depuis 2011 des glaçons en granit, une pierre non poreuse qui emmagasine le froid et le restitue lentement. Ces glaçons (2 cm x 2 cm), 100 % bruts et naturels, proviennent directement des roches de massifs exclusivement français, sélectionnés pour leur dureté et leur homogénéité (Sidobre, Aubrac, Mont Blanc, Bretagne). Les pierres sont ensuite taillées directement dans la roche et puis finement polies selon un procédé unique. "Inaltérables et réutilisables à souhait !, sert, avec un grand sourire, Vanessa Lacombe. Le principe du froid sec par les pierres permet de rafraîchir les alcools les plus fins sans les diluer. Un geste naturel pour obtenir la température idéale afin de déguster whiskys, vins blancs et rosés sans les dénaturer.

Les saveurs sont préservées, les arômes exaltés". Elle poursuit avec le même enthousiasme :

"Les glaçons en granit présentent une parfaite résistance au gel, et ils ne risquent pas de se désagréger au contact de l’alcool, de l’acidité des vins".

Si ces glaçons en granit, qui quittent Baraqueville tous les jours dans des sachets de six ou douze, grâce à un site internet marchand (www.ontherocks.fr), sont certes le produit phare de l’entreprise, qui s’est structurée et développée grâce à son déménagement, Vanessa Lacombe a d’autres cartes maîtresses dans son jeu. Comme des plateaux à fromages en ardoise, fruits fidèles d’une vie antérieure, ou encore Naturapolis, une autre boutique en ligne mais surtout un concept qu’elle a repris (presque) à zéro et qui concerne des alcools bio. "Cette activité est complémentaire aux glaçons, assure cette amoureuse viscérale de la nature. Il y est question de pureté car je ne voulais pas transiger avec mes principes".

Si On the rocks, selon Vanessa Lacombe, "manque de visibilité immédiate" à Baraqueville, cela n’empêche pas l’entreprise de jouer sa carte à l’export (Suisse, états-Unis, Autriche, Belgique, Hong Kong…) grâce à internet. Le site marchand représente ainsi 30 % de l’activité commerciale, autant qur les grossistes et que les détaillants (cavistes, boutiques de décoration, arts de la table ou magasins bio).

Vanessa Lacombe est présente pour la première fois ce week-end au « Made in France » et elle y prend d’ailleurs breaucoup de plaisir. « C’était le moment !, résume-t-elle. J’étais déjà venue au tout début de ce salon comme visiteuse. J’avais aimé. Depuis, j’ai été sollicitée à plusieurs reprises et j’ai donc fini par accepter ». Installée au milieu de son stand A51 de 6 m2, dans
le hall… gastronomie, elle explique sa décision : « Les organisateurs sont bienveillants, ce rendez-vous touche autant les professionnels que le grand public et il est à taille humaine. J’ai une sensibilisation au “Made in France” et, ici, tout le monde parle le même langage. Je suis certes là pour faire connaître mes produits mais cette forme de pédagogie
n’est pas ma seule motivation. Je veux partager une expérience et permettre aux visiteurs de respirer un vent de fraîcheur avec plusieurs visuels créés tout spécialement pour ce salon ».
Vanessa Lacombe a également revêtu une tenue d’ambassadrice de l’Aubrac, du Mont Blanc, du Sidobre et de la Bretagne, les quatre régions de l’Hexagone où elle se sert pour sa large gamme de glaçons en granit.

Le Sac du Berger et Evaness en vitrine aussi

Depuis 1980, Jean-Pierre Romiguier travaille à, selon ses propres termes, « recoudre le lien profond entre passé et modernité ». Cette démarche a donné naissance à l’entreprise Le Sac du Berger. Cette entreprise et le sac qui va avec sont devenus les emblèmes d’un atelier qui emploie une dizaine de salariés. Implanté à Layrolle, un hameau au milieu de la forêt à Latour-sur-Sorgue, cet atelier regroupe cinq métiers : sellerie, maroquinerie, bottier, travail de la peau lainée et confection de vêtements cuir et laine. C’est avec cette gamme que Jean-Pierre Romiguier a fait le voyage à Paris pour s’installer sur le stand D69 du salon « Made in France », au cœur du grand hall qui fait la part belle à la mode et aux accessoires. Les articles fabriqués répondent à une même exigence de qualité. Depuis 2008, l’atelier du Sac du Berger est labellisé Entreprise du patrimoine vivant (EPV), en reconnaissance de son savoir-faire artisanal.
Le Sac du Berger entend répondre à une démarche de « fidélité aux principes d’authenticité ». Ainsi, chaque artisan fabrique son objet du début à la fin et les objets en question sont dits « compagnons ». Pour ce qui est de la fabrication justement, les créations en cuir sont taillées dans la vachette pleine fleur, teintée dans toute l’épaisseur et imperméabilisée dans le bain. « Cette qualité de cuir permet une bonne tenue et un beau patinage au fil des années », se réjouit Jean-Pierre Romiguier.
Les belles vertus du lait d’ânesse !
Eva Catusse et Romain Brunet ont 22 ans. Installés dans la pépinière de Rodez Agglomération à Sainte-Radegonde, ces deux amis  sont associés à la tête d’Evaness, une toute jeune entreprise spécialisée dans les douceurs (savons, crèmes hydratantes pour des soins visage et corps…) à base de lait d’ânesse. En juin dernier, ils ont lancé un appel  à financement participatif  sur la plateforme Tudigo. Figurant parmi les quatre lauréats de cette campagne, ils ont gagné une journée au salon « Made in France ». Ils étaient donc samedi à Paris sur le stand D76 avec des cosmétiques et des coffrets pour Noël. « Cet événement colle parfaitement aux valeurs que nous défendons et c’est une belle vitrine pour nos produits », se réjouit Eva Catusse.

Rui Dos Santos
Voir les commentaires
L'immobilier à Aveyron

450 €

[...]

54500 €

Terrain constructible d'environ 3184m². Eau et électricité en bordure de te[...]

640000 €

SAINT-AFFRIQUE. En plein cœur de la ville, nous vous proposons un immeuble [...]

Toutes les annonces immobilières de Aveyron
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?