Culture et Loisirs

La saison des prix littéraires s'achève en apothéose pour Gallimard

  • La maison dirigée par Antoine Gallimard a remporté le prix Renaudot avec "La panthère des neiges" de Sylvain Tesson
    La maison dirigée par Antoine Gallimard a remporté le prix Renaudot avec "La panthère des neiges" de Sylvain Tesson Alain JOCARD / AFP / Alain JOCARD / AFP
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

(AFP) - La saison des prix littéraires s'est achevée jeudi en apothéose pour la maison Gallimard récompensée en la personne de Karine Tuil par le convoité Goncourt des lycéens après avoir déjà reçu mercredi le prix Interallié pour "Les choses humaines".

Outre ces deux prix, la maison dirigée par Antoine Gallimard a remporté le prix Renaudot (avec "La panthère des neiges" de Sylvain Tesson) et le prix Femina (avec "Par les routes" de Sylvain Prudhomme).

Seuls le prestigieux prix Goncourt (attribué à Jean-Paul Dubois pour "Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon", L'Olivier) et le Médicis (décerné à Luc Lang pour "La tentation", Stock) ont échappé à Gallimard.

Dirigé et créé en 1990 par Olivier Cohen, L'Olivier (groupe Média-Participations) a pu savourer grâce à Jean-Paul Dubois le premier Goncourt de son histoire.

Le groupe Média-Participations est l'autre grand bénéficiaire des prix avec dans son escarcelle le prix Femina étranger attribué à l'Espagnol Manuel Vilas pour "Ordesa" publié aux éditions du Sous-Sol et le prix Médicis essai décerné à Bulle Ogier et Anne Diatkine pour "J'ai oublié" publié au Seuil.

Le groupe a décroché également le prix de Flore grâce à Sofia Aouine pour "Rhapsodie des oubliés" (La Martinière).

Grasset et Stock (deux maisons d'édition appartenant au groupe Hachette Livre, filiale édition du groupe Lagardère) ont notamment décroché le prix Médicis (avec Luc Lang), le Grand prix du roman de l'Académie française (avec Laurent Binet pour "Civilizations", Grasset) et le prix Femina essai avec Emmanuelle Lambert ("Giono furioso", Stock).

Grasset a décroché en outre le prix Décembre grâce à Claudie Hunzinger ("Les grands cerfs").

- Actes Sud bredouille -
Grasset a souffert de l'élimination, dès le début de la rentrée littéraire, de son poulain Yann Moix programmé pour le Goncourt avec "Orléans".

Albin Michel qui espérait décrocher le Goncourt grâce à "Soif" de la romancière belge Amélie Nothomb quitte la saison des prix avec le Renaudot essai (à Eric Neuhoff pour "(Très) cher cinéma français"). Consolation de taille pour Albin Michel, même sans prix, Amélie Nothomb continue de cartonner auprès des lecteurs avec près de 150.000 exemplaires de son 28e opus déjà vendus depuis sa sortie en août.

Le grand absent des prix est Actes Sud qui avait réussi à décrocher le Goncourt en 2015, 2017 et 2018 et part cette fois bredouille.

Les prix littéraires sont particulièrement prisés des éditeurs. Une récente étude de l'institut GfK pour le magazine professionnel Livres Hebdo relevait que les ouvrages primés à l'automne comptent parmi les livres les plus vendus lors des fêtes de fin d'année.

Selon cette étude (portant sur la période 2014-2018), 81% des ventes se sont réalisées en 2018 entre août et décembre. Le mois des fêtes représente à lui seul 27% des ventes annuelles.

L'étude signale également qu'un prix Goncourt s'écoule en moyenne à 367.100 exemplaires, devant le Goncourt des lycéens (314.000 exemplaires) et le Renaudot (219.800 exemplaires).

Derrière, le prix du roman Fnac (attribué cette année à Bérangère Cournut pour "De pierre et d'os", Le Tripode) prend de l'importance (171.300 exemplaires), devançant les quatre autres grands prix d'automne: Académie française (116.300 exemplaires), Femina (85.500), Interallié (46.900) et Médicis (34.600).

Dès les prix proclamés, les éditeurs récompensés ont procédé à des réimpressions massives des titres récompensés.

Et l'effet des prix commence déjà à se faire sentir. Le fameux et très sélectif Top 20 des meilleures ventes de livres (tous formats et genres confondus) à paraître vendredi dans Livres Hebdo met à la deuxième place (derrière l'incontournable Astérix!) "La panthère des neiges" de Sylvain Tesson et en troisième position le lauréat du prix Goncourt 2019.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir