Agro-alimentaire

Arcadie prône les labels et le bio sur l’Aubrac

Abonnés
  • Éleveurs et responsable du site réunis à Laguiole.
    Éleveurs et responsable du site réunis à Laguiole. Repro CP / O.C / Repro CP
Publié le / Modifié le S'abonner

Dans le cadre du programme "Laits 3 bio", une visite du site Arcadie à Argences-en-Aubrac qui se lance dans le steak haché bio a été proposée aux éleveurs.

La visite de l’atelier de steaks hachés d’Arcadie à Argences-en-Aubrac est, à elle seule, un signe d’ouverture. Surtout après l’annonce de la fermeture de l’atelier d’abattage au printemps dernier. "Ce site a fait coulé de l’encre mais il entre dans la stratégie du groupe déterminée par les actionnaires ", dit en ce sens Michel Pélissier, directeur général du groupe Arcadie Sud-Ouest.

Une quarantaine d’éleveurs et partenaires étaient conviés à cette visite qui entre dans le cadre du programme "Laits 3 bio" de valorisation de la viande bio (lire par ailleurs) à laquelle il fallait montrer patte blanche. Tenue appropriée et multitudes d’étapes au niveau hygiénique car le steak haché est hautement sensible et la technique utilisée est celle du surgelé.

Il faut faire du bio et raconter son histoire sinon on est grillé car demain les Polonais vendront du steak haché bio qui répondra au cahier des charges. La stratégie est de monter en puissance avec nos produits de territoire à travers le racial, le label et le bio. Il faut vendre nos élevages, nos éleveurs, se remettre au cul des vaches.
Michel Pélissier, directeur général Arcadie Sud-Ouest
 

"Nous avons 27 salariés consacrés à l’atelier steak haché, la grande partie des salariés se charge du nettoyage et de l’entretien", confie Éric Gachon, directeur adjoint, responsable du site d’Argences-en-Aubrac. Ce site devrait lancer officiellement sa gamme de steaks hachés bio l’an prochain. " La grosse problématique est la planification des animaux. Nous avons besoin de se connaître, l’enjeu majeur est de trouver un partenaire, de la souplesse, de développer des lasagnes en bœuf bio qui correspondent à nos critères ", résume Olivier Dulong, directeur des marchés agricoles et grand public chez Unicor.

Mais les avantages sont nombreux pour la bande des sept partenaires : une grille d’achat juste, stable, équitable ; des acteurs locaux fédérés ; mutualisation des compétences et complémentarité. "C’est une belle réussite à la fois technique et commerciale", ajoute Marianne Sanlaville, conseillère agriculture biologique Coop de France Occitanie. Pour le patron d’Arcadie, " il faut embarquer un distributeur dans cette démarche ". En attendant, Jean Valadier, maire d’Argences-en-Aubrac, se réjouit " de disposer de l’outil au cœur de la zone élevage. Il y a une prise de conscience de l’aspiration sociétale qui évolue. On est dans le vrai. On peut paraître à contre-courant à l’heure où les groupes se recentrent mais on peut amener les gens d’Arcadie vers les labels ce qui n’était pas le cas il y a encore quelques mois ". Le site d’Arcadie s’ouvre même aux scolaires pour susciter des vocations.

Programme Laits 3 bio, quésaco ?

L’Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique accompagne financièrement le projet de développement et de structuration de la production laitière bio en vaches, chèvres et brebis. Ce programme intitulé « Laits 3 bio » qui s’étale de 2018 à 2020, est porté par sept partenaires (Unicor, Arcadie Sud-Ouest, Sodiaal Union, Les Bergers du Larzac, SAS Chèvre bio France, la chambre d’agriculture de l’Aveyron et Coop de France Occitanie) pour développer la filière bio sur l’Occitanie, Nouvelle-Aquitaine et Pays de la Loire auprès de 500 éleveurs bio et en conversion. Il prévoit un volet de valorisation des animaux de réforme en viandes bio et un plan de développement de la production de céréales et de protéagineux en agriculture bio. Ce programme a vu son enveloppe budgétaire doublée, passant de 4 M€ à 8 M€ aujourd’hui.

 

En chiffres

  • 90 000 tonnes de viandes commercialisées.
  • 410 M€ de chiffre d’affaires.
  • 1 100 salariés dont 160 sur le site d’Argences-en-Aubrac.
  • 18 sites de production dont 2 en Aveyron (Rodez et Argences-en-Aubrac).
  • 8 boucheries.
  • 60 % de la viande bovine en France est consommée en steak haché.
  • 50 marques de steaks hachés sont fabriquées uniquement en surgelé sur le site d’Argences-en-Aubrac dont Reflets de France qui vient d’obtenir le prix des consommateurs à Paris.
  • 15 vaches abattues en bio par semaine sur le site de Rodez.
Centre Presse
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

415 €

Rodez coeur de ville, appartement de type 2 bis duplex, composé d'une cuisi[...]

41 €

RODEZ BOURRAN : Parking extérieur dans résidence.[...]

425 €

A proximité de l'IUT de Rodez, laissez vous vous séduire par ce magnifique [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir