L'Aveyronnais

Coralie Guibert soigne ses maux du corps en couchant des mots érotiques et sensuels

Abonnés
  • Née à Rodez en 1969, installée à Paris depuis de longues années, où elle vit à deux pas de la place de la Madeleine, Coralie Guibert a créé, voilà cinq ans, un blog érotique et sensuel qu’elle a baptisé « Sensual kerassi ».
    Née à Rodez en 1969, installée à Paris depuis de longues années, où elle vit à deux pas de la place de la Madeleine, Coralie Guibert a créé, voilà cinq ans, un blog érotique et sensuel qu’elle a baptisé « Sensual kerassi ». Centre Presse / Rui Dos Santos / Centre Presse
Publié le / Modifié le S'abonner
Souffrant d’une maladie nommée syndrome de l’excitation génitale permanente, installée à Paris depuis de longues années, cette Ruthénoise, née en 1969, a été poussée par son thérapeute à créerun blog. Elle l’a baptisé "Sensual kerassi" et continue de l’alimenter, dès que sa profession lui laisse un peu de temps libre.

"Je chronique actuellement pour un éditeur, pour un galeriste d’art spécialisé dans les expositions d’œuvres autour de l’érotisme, pour un love-store. Je réalise des interviews et je suis l’actualité de l’érotisme, de la sexualité et de la place de la femme dans la société. Je cherche un emploi dans le milieu de la culture érotique afin de développer mon expertise". C’est ainsi que Coralie Guibert détaille son expérience sur les réseaux sociaux professionnels. Le décor est planté ! Née à Rodez, en 1969 (un millésime prédestiné pour l’exercice ?), cette jeune quinquagénaire a fait le tour de l’Hexagone au gré des déménagements familiaux avec comme étapes, notamment, Millau (où elle a vécu une année), Bourg-en-Bresse (où elle a passé son bac) ou encore Chatillon-sur-Chalaronne, dans l’Ain. Devenue madame Goltrant depuis qu’elle a épousé Alain, elle vit désormais à Paris (en plein cœur du 8e arrondissement), avec, en poche, un BTS secrétariat trilingue (anglais et espagnol), après avoir goûté à la faculté de psychologie. Depuis qu’elle a pris ses quartiers dans la capitale, elle multiple les missions de bénévolat (Secours catholique, Croix-Rouge…), tout en menant à bien son métier : accompagner, soit des déficients visuels, soit des étudiants en difficulté pour les aider dans leur recherche de stage ou d’alternance. Voilà pour sa carte de visite officielle. Et le reste du temps alors ? Coralie Guibert est à l’origine d’un blog érotique. Après une première création, intitulée "Le cabinet de curiosité féminine", "Sensual kerassi" est né en 2014. "J’étais au bord du burn out professionnel et je me suis réfugiée là-dedans, souligne l’intéressée. J’ai choisi un blog sur la sexualité féminine et l’érotisme. Mais, rien de trash, ni de porno". En fait, si la Ruthénoise a opté pour "cette bouée qui m’a sauvée de la noyade et qui s’est révélée petit à petit", elle a également été encouragée par son thérapeute car Coralie Guibert doit se battre contre le syndrome de l’excitation génitale permanente. Une maladie très sérieuse et très douloureuse.

"Je devais canaliser l’hyper sexualité qui m’envahissait et qui se manifestait sous forme de pulsions. Mais, je ne prenais pas de plaisir. C’était plutôt de la souffrance et j’étais esclave de cet état, insiste la blogueuse. Je ne voulais plus subir alors que j’étais frappée de boulimie au niveau de l’achat de vidéo, de livres". Aujourd’hui, elle en sourit : "Je n’imaginais pas qu’il existait une culture érotique aussi abondante et variée !". Elle était loin de penser également que "j’allais perdre une partie de mes amis quand j’ai annoncé la naissance de ce blog". Un blog que l’Aveyronnaise qualifie très volontiers de "artistique et, en aucun cas, pornographique".

"Libre, naturelle et en confiance"

Et l’Aveyron dans cet emploi du temps bien rempli ? "J’ai encore de la famille, surtout dans le sud du département, et je viens dès que je peux à Saint-Affrique, glisse Coralie Guibert. Mais, ce n’est pas assez, pas comme j’aimerais car j’adore vraiment cette région". Peut-être qu’elle choisira, un jour, sa terre natale aveyronnaise comme cadre de vie (et d’écriture) pour que son blog devienne un livre ou bien alors le scénario d’un film. En attendant, elle se voit bien "sexothérapeute ou coach dans l’univers de la sexualité". Mais, elle ne rêve pas pour autant : "Pour l’instant, ce n’est pas mon chemin. J’attends mon heure car il n’est pas possible d’en vivre". Mais, selon ses propres termes, "le plus important est ailleurs". Elle lâche, la tête haute et les yeux humides : "Je me suis réconciliée avec mon corps". Assise à ses côtés, un sourire aux lèvres, une de ses tantes confirme : "Elle est libre, naturelle et elle a de nouveau confiance en elle". Et Alain, son mari, il en dit quoi ? "J’ai participé un peu au départ, avoue le Nordiste. C’est sa vie. Tant et si bien que ça fait longtemps que je ne l’ai pas lu".

 

Rui Dos Santos
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

129900 €

Appartement T4 transformé en T3 avec deux balcons, cave et garage box indiv[...]

32 €

Box fermé au sous sol d'un copropriété située en plein coeur du faubourg.[...]

528 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE- Beau duplex en centre ville[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir