Solidarité

Coup de projecteur sur les mineurs étrangers isolés en Aveyron

  • Les représentantes des cinq associations aveyronnaises organisant le Festival.
    Les représentantes des cinq associations aveyronnaises organisant le Festival. Repro CP / Philippe Henry / Repro CP
Publié le / Modifié le S'abonner
Cette année, le Festival des solidarités décliné au niveau départemental fera le point sur les Mineurs étrangers non accompagnés. Un débat précédé d’une projection sera organisé à Sébazac, à la Doline, mardi 26 novembre à 20 h 30.


 

Un coup de projecteur sur le sujet brûlant des mineurs étrangers isolés. Dans le cadre du Festival national des Solidarités, cinq associations présentes en Aveyron (Man, Mouvement pour une alternative non-violente, Artisans du monde, la LDH, Terre solidaire et le Secours catholique), organisent mardi 26 novembre un débat à Sébazac, salle de la Doline à 20 h 30.

Ce débat sera précédé de la projection du film J’ai marché jusqu’à vous, de Rachid Oudji. La projection d’un court-métrage, Défi de solidarité, avec la participation de l’association Môm O Chaud, viendra compléter les échanges. En France, une quarantaine d’associations sont regroupées derrière le Festival des solidarités.

"L’Aveyron est pleinement concerné par ce sujet des Mineurs non accompagnés, assure Marisol Garcia Vicente, secrétaire départementale de la Ligue des droits de l’Homme. Cette année, plusieurs centaines de jeunes sont arrivées sur le territoire."

"Zone grise"

Les représentants des associations témoigneront de leur engagement pour proposer à ces jeunes en quête d’une vie meilleure des solutions d’hébergement, des formations, etc.

Reste que pour certains, durant deux mois, "ils se trouvent dans une zone grise, au niveau juridique", explique-t-elle. Car avant de déterminer s’ils sont mineurs ou non, un délai est nécessaire. Et durant ces longues semaines, les mineurs se retrouvent livrés à eux-mêmes en attendant d’être pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance. Les associations prennent ainsi le relais pour les accueillir. Une vingtaine de mineurs doivent régulièrement être pris en charge. "Aujourd’hui, le dispositif fonctionne plutôt bien mais nous manquons de financement", déplore Marisol Garcia Vicente.

Ce festival s’inscrit également dans le cadre du 30e anniversaire de l’adoption de la Convention internationale des droits des enfants (CIDE) par les Nations unies. Une manière d’appréhender un sujet qui se pense aussi globalement.

Philippe Henry
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

543 €

L'APPARTEMENT SE COMPOSE D'UN HALL D'ENTREE AVEC PLACARD DE RANGEMENT, D'UN[...]

379 €

Dans une résidence calme et sécurisée à 5 minutes du centre ville de Rodez [...]

347 €

Appartement de type 1 bis situé au rez-de-chaussée, composé d'une pièce pri[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir