Le sculpteur Francis Lecouls lance son festival de cannes, ce Noël à Villefranche-de-Panat !

  • Francis Lecouls.
    Francis Lecouls. Centre Presse / Centre Presse
  • Des cannes et bâtons qui rentreraient bien volontiers dans un sabot de Noël.
    Des cannes et bâtons qui rentreraient bien volontiers dans un sabot de Noël. Centre Presse / Centre Presse
Publié le / Mis à jour le S'abonner

C’est à la retraite que Francis Lecouls s’est mis à sculpter. Il a donc attendu longtemps avant de faire, de ses copeaux, ses nombreux copains. Mais depuis, il met les bouchées doubles, toujours à la recherche du temps perdu, à temps plein, avec ses ciseaux affûtés et à l’affût.

Ébéniste de métier, Francis Lecouls débuta en confectionnant des meubles de style de haute volée, ceux qui trônaient à la cour à longueur de lustres. Et les années passèrent sans qu’il n’ait vraiment le temps de se promener dans les bois, pour prendre du recul. Il avoue ne pas avoir vu l’âge arriver, comme tout un chacun. En 2015, la retraite tombe, comme une branche. Il commence alors une seconde vie, dans son atelier. Et il dégrossit, bûche, tête baissée… Et il taille minutieusement chaque semaine afin qu’elle devienne jour, heure et instant…

Heureux, dès qu’il planche

S’il sculpte, c’est du merisier. Et rien d’autre ! Mais ce n’est pas un pêcher. Il le sculpte jusqu’à effleurer la sève, jusqu’à la caresser, jusqu’à la transparence. Outre son jardin foisonnant de nains, de moulins, de lapins, de tours Eiffel élégantes et fières, il vient de tendre une nouvelle corde à son arc : les cannes et les bâtons de marche. Si la canne, au cours de son histoire, a toujours affiché trois fonctions principales : l’appui, la parade et la défense, avec Francis Lecouls il convient désormais d’y adjoindre la beauté. Grâce au sculpteur, on peut se lancer sur la route d’un rêve bien assuré, le pommeau ou la poignée nichés dans la paume éclairée de la main.

Francis Lecouls présente toute une collection de bâtons sculptés pour les fêtes de fin d’année. Il les expose. C’est un long travail, un aboutissement. "Une canne me demande au moins 8 heures, concède-t-il, sans vraiment traîner. Je tire d’une planche une sorte de liteau. Et je le bosse. Il me faut le dégrossir, le poncer et sculpter un pommeau ou une poignée." Il revient du salon des artistes amateurs à Onet-le-Château où il a rencontré un joli succès. Et où il a vendu une belle brassée de ses bâtons dentelés. Ça marche !

Contact : 06 82 35 01 58. mail : francis.lecouls@wanadoo.fr
Centre Presse
Voir les commentaires
L'immobilier à Villefranche-De-Panat

495000 €

Dans environnement calme et très agréable avec vue imprenable sur le Lac, m[...]

390350 €

Batiment en L sur terrain d'un hectare paysagé et clos. Premier bâtiment[...]

Toutes les annonces immobilières de Villefranche-De-Panat
Réagir