Politique

Une séance sous haute tension

  • Les élus communautaires entourés par les opposants au projet Solena.
    Les élus communautaires entourés par les opposants au projet Solena.
Publié le / Modifié le S'abonner

Il fallait jouer des coudes pour assister au conseil communautaire dans une salle comble où les opposants au projet Solena de traitement et de stockage des déchets ont manifesté leur colère sous bonne escorte des forces de l’ordre.

Avant d’égrener l’ordre du jour, le président André Martinez a rappelé les règles de bonne conduite, conseillant aux manifestants de, "laisser libre cours aux débats, sans intervenir", tout en informant, "désormais, toutes les conversations seront enregistrées".

Réserves

Voilà pour l’ambiance, électrique, de cette séance ponctuée par un avis favorable de Decazeville communauté (trois votes contre, une abstention) sur la création d’un pôle de traitement des déchets à Viviez.

Dans son rapport de présentation, Jean-Pierre Ladrech, vice-président en charge du cadre de vie et de l’environnement, a notifié les créations d’emplois, "39 emplois directs et de 100 à 120 emplois indirects. De plus ce projet permettra l’émergence de technologies de pointe en générant de nouvelles ressources fiscales". Par ailleurs, a-t-il ajouté, "le cahier des charges mentionne plusieurs réserves, comme la maîtrise des nuisances olfactives, des risques d’incendie, la prise en compte d’éventuels dommages générés par ces activités et la création d’un comité de surveillance".

Au micro, Jean-Pierre Vaur a vivement discrédité le projet Solena, "décentré aux confins du département, à la fois trop loin des gisements importants de déchets, et trop proche des habitations, on rajoute de la pollution à la pollution, c’est une logique macabre pour le Bassin qui n’avait pas besoin de ça".

Vers la création d’une Zad à Viviez ?

Pour sa part, Jean-Claude Couchet a évoqué, "l’image désastreuse de ce projet qui va continuer à salir notre territoire, on touche là aux limites de la décentralisation".

C’est sous les huées du public que Francis Mazars, partagé entre doutes et interrogations, donne son consentement au projet Solena. Malgré les micros, les insultes fusent de la part de manifestants qui quittent la salle pour chanter en chœur le slogan déjà floqué sur les banderoles "honte à nos élus", tout en évoquant la possible création d’une Zad (Zone à défendre) sur le site concerné.

GDM
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

39000 €

LOCAUX DANS IMMEUBLE COLLECTIF CENTRE DE DECAZEVILLE COMPRENANT En rez de c[...]

60500 €

A VENDRE DECAZEVILLE-Proche Lycée,Hôpital ,belle bâtisse d'environ 180 m2 h[...]

55000 €

A VENDRE-Grand appartement de Type 3 d'environ 90m2 ,traversant, avec bal[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir