Musique

"Camara Pop": de la musique de chambre totalement ouverte sur le monde

  • Tomas Gubitsch (sur la photo), Sébastien Surel, Vincent Segal: ces musiciens agrègent leurs influences pour créer avec "Camara Pop".
    Tomas Gubitsch (sur la photo), Sébastien Surel, Vincent Segal: ces musiciens agrègent leurs influences pour créer avec "Camara Pop". FRANCOIS GUILLOT / AFP / FRANCOIS GUILLOT / AFP
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

(AFP) - Sébastien Surel, violoniste classique; Vincent Segal, violoncelliste rompu aux rencontres tous azimuts; Tomas Gubitsch, guitariste rock progressif: ces musiciens agrègent leurs influences pour créer avec "Camara Pop", leur premier disque, une musique inspirée, d'une belle complexité.

"J'ai toujours rêvé de mélanger toutes les influences que j'ai eues dans ma vie musicale, pour en faire un projet qui corresponde vraiment à cette envie de casser les barrières entre les styles et les époques", déclare à l'AFP Sébastien Surel, l'initiateur d'une formation née en 2014, qui donnera son premier concert à Paris (Café de la Danse) le 10 décembre.

"Vincent Segal et Tomas Gubitsch correspondent exactement à cet ADN, ils font de la musique de chambre et sont totalement ouverts sur le monde", poursuit le violoniste.

Avec eux, ce premier violon du Quatuor Ludwig et membre du Trio Talweg réalise son rêve de manière éclatante.

Echappant aux étiquettes, "Camara Pop", sur une base classique, est un voyage sonore où l'on croise de la musique andalouse, du tango, de la samba, du baroque, ou des traces africaine ou orientale.

Des surprises surgissent, comme cette pulsation rock qui fait soudainement intrusion dans "Persécution et Fugue", une composition plutôt couleur tango, ou lorsque Tomas Gubitsch introduit le phrasé swing manouche de sa guitare dans "Bebe", une bossa. 

"Nous sommes trois musiciens qui d'une façon ou d'une autre avons un rapport très fort avec la musique classique au sens large, et en même temps nous avons pratiqué des musiques populaires, et je crois que c'est un peu dans cet entre-deux qu'il y a plein de choses intéressantes à faire", confie Tomas Gubitsch pour décrire l'esprit et la forme de leur musique.

Sur ce disque publié mi-novembre, ces trois virtuoses prennent un immense plaisir à jouer, mais surtout à s'écouter. 

"On fait appel à la même exigence d'homogénéité sonore, d'équilibre et d'écoute mutuelle, qu'un quatuor à cordes", souligne Surel.

La musique de "Camara Pop" est ainsi cohérente et maîtrisée, même dans ses passages les plus improvisés. Avec comme fil rouge le violon, tantôt expressionniste, tantôt romantique, de Sébastien Surel.

Si "Camara Pop" ne paraît qu'aujourd'hui, le trio, qui a déjà joué en concert, en Argentine ou dans des festivals, existe depuis cinq ans.

 "Nous répétons régulièrement et très sérieusement", souligne Gubitsch. "Ce disque, on l'avait bien sous les doigts", dit-il.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir