Vivez - Decazeville : mouvement de blocage à Jinjiang Sam

  • Les salariés en colère ont bloqué les véhicules des dirigeants de l'entreprise.
    Les salariés en colère ont bloqué les véhicules des dirigeants de l'entreprise. BHSP
Publié le , mis à jour

L'entreprise Jinjiang Sam a été placée en redressement judiciaire, mardi 10 décembre, par le tribunal de commerce de Toulouse. Aujourd'hui, mercredi 11 décembre, les administrateurs et les représentants du personnel participaient à une réunion.

Braseros, barrière de parking fermée, rassemblement massif en cours : le message que veulent faire passer les salariés de Jinjiang Sam à Viviez est clair et déterminé.
Ce mercredi matin, ils ont décidé en assemblée générale de se placer sous les fenêtres de la direction générale où se déroulait une réunion avec Yun Xu, président de Jinjiang Sam et président de Jinjiang Industries Europe,  M. Cavinato, directeur opérationnel de Jinjiang Industries Europe ; les administrateurs judiciaires nommés mardi 10 décembre par le tribunal de commerce de Toulouse et le juge-commissaire du tribunal de commerce de Toulouse.
Rappelons que ce même tribunal de commerce a prononcé le 10 décembre le placement en redressement judiciaire de Jinjiang Sam, premier employeur du Bassin avec quelque 380 salariés, qui fabrique notamment des carters en aluminium pour le constructeur automobile Renault, son principal client.
Ce mercredi matin, les salariés ont fait savoir leur inquiétude quant au placement en redressement de niveau 2, qui prévoit une cogestion entre les dirigeants actuels et les administrateurs judiciaires. Les salariés souhaitent un redressement de niveau 3 qui confierait la gestion aux seuls administrés.

"Cette mobilisation montre que cette attente n’est pas du seul fait des syndicats ou des représentants du personnel mais bien de l’ensemble du personnel", indiquent Ghislaine Gistau et Sébastien Lallier, représentants CGT du personnel.

Voitures bloquées, la sous-préfète en médiation

Et pour mieux se faire entendre, ils ont décidé de bloquer la voiture de Yun Xu et de M. Cavinato au moment de leur départ. Aucun débordement ni incident n’est à déplorer. La police de Decazeville s’est rendue sur place, de même que la sous-préfète de Villefranche de Rouergue Pascale Rodrigo, dans un rôle de médiation.
Pour sa part, David Gistau, secrétaire départemental CGT et secrétaire fédéral CGT Métallurgie indique être en contact avec Philippe Martinez, secrétaire national CGT, lui-même en contact sur ce dossier avec Bruno Le Maire, ministre de l’Economie.
Un temps bloqué dans sa voiture, Yun Xu, à la demande la sous-préfète a rejoint son bureau tandis que se tenait à proximité une réunion entre les administrateurs et les représentants du personnel. 
À l’issue de celle-ci, et après une nouvelle assemblée générale à 17 heures, les salariés ont ensuite ouvert la barrière à 17 h 50 et ont laissé Yun Xu (que nous avons sollicité mais qui ne nous a pas répondu) et Thierry Cavinato s’en aller.
 

Manifestation, ce jeudi, à 16 h 30, devant l'usine 

Dans la continuité des actions des 5 et 10 décembre contre la réforme gouvernementale des retraites, la CGT du Bassin appelle à une manifestation ce jeudi 12 décembre à partir de 16 h 30 devant la société Sam, à Viviez, afin de marquer une nouvelle fois un soutien aux salariés de Sam.

BHSP
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

75000 €

Decazeville : Charmante maison de type 3 en plain-pied de vie, comprenant :[...]

99000 €

Jolie maison de ville de type 4 en très bon état avec garage et jardin, co[...]

149400 €

DECAZEVILLE - Maison pleine de charme, au style atypique . Cette maison de [...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?