Municipales 2020

Rodez : à droite, le difficile choix du candidat

  • Serge Julien, conseiller municipal, présenterasa candidature aujourd’hui.
    Serge Julien, conseiller municipal, présenterasa candidature aujourd’hui. Centre Presse / Mathieu Roualdès / Centre Presse
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Serge Julien, conseiller d’opposition, doit présenter sa candidature ce lundi pour les prochaines élections municipales. Et ainsi mettre fin à plusieurs semaines d’interrogations à droite.
 

À Rodez, les militants de la droite vont enfin pouvoir battre la campagne. Après des mois à trépigner, à se diviser, à s’interroger, leur candidat vient d’être désigné. Il se nomme Serge Julien, conseiller municipal d’opposition depuis 2014, ancien candidat auprès de Frédéric Soulié en 2008 et conseiller départemental suite au décès de Bernard Saules, en mars dernier. Directeur d’un Ehpad à Saint-Côme-d’Olt, l’homme, âgé de 57 ans, et originaire de Toulouse, doit officialiser sa candidature aujourd’hui, lors d’une conférence de presse. Retour sur plusieurs semaines dignes d’un épisode de Dallas pour enfin voir apparaître un candidat de la droite sur le piton…

Pascal Adani, c’est fini

Été 2019. L’envie de Christian Teyssèdre de briguer un troisième mandat à la tête de la ville ne fait plus de secret. Dans les rues de Rodez, on s’interroge alors sur ses potentiels adversaires. Et notamment ceux de la droite. Le nom d’Anne-Sophie Monestier revient avec insistance. Mais la conseillère régionale confie qu’elle ne se lancera pas dans la campagne, trop prise par ses obligations professionnelles. Les semaines passent, les listes se forment, les conférences de presse s’enchaînent. Mais à droite… toujours rien !

Jusqu’à l’annonce, dans ces colonnes, de la candidature de Pascal Adani. Retiré de la vie politique depuis de nombreuses années, l’ancien directeur du crédit immobilier dit "vouloir aller au bout". Il a le nom de sa liste (Rodez Métropole 2030), affiche le logo sur les réseaux sociaux, avance déjà quelques projets, affirme avoir le soutien de l’ancien maire Marc Censi… Mais cette candidature est loin de faire l’unanimité. Elle est jugée trop personnelle et le passé d’Adani ne plaît pas à tout le monde… Le responsable de la droite aveyronnaise, Arnaud Viala, monte alors au créneau. "À Rodez, le candidat doit être un conseiller municipal de l’opposition actuelle", répète-t-il à l’envi. En tout, ils sont six. Deux d’entre eux, Régine Taussat et Joseph Donore, viennent de rejoindre la majorité. Yves Censi, le candidat malheureux de 2014, et Nathalie Auguy-Périé ont disparu des radars. Reste alors l’option Serge Julien.

Une droite "ouverte"

"Anne-Sophie Monestier n’était pas partante, j’avais donc le devoir de présenter un projet. J’ai pris davantage de responsabilités politiques en entrant au conseil départemental cette année et on ne pouvait pas laisser la droite sans candidat. Et le timing n’est pas très important, je pense que faire campagne durant un an, ça fatigue les gens", explique-t-il aujourd’hui. Avant d’enfiler pleinement le costume de candidat : "Certains voient le maire sortant comme grand favori. Mais je ne souhaite pas réaliser une campagne de représentation. Le maire est replié dans sa toute-puissance et face à cela, on se doit de proposer autre chose, d’offrir une autre vision de la démocratie locale." Avec des axes déjà bien définis pour celui qui se définit comme un gaulliste, inspiré de Jacques Chaban-Delmas et de Philippe Séguin : sécurité, circulation et stationnement, cadre de vie…

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

591 €

Entrée, séjour, balcons de 13.10 m², cuisine équipée, meubles hauts, hotte [...]

335 €

TYPE 1 LUMINEUX DANS RÉSIDENCE DE STANDING A PROXIMITÉ DE LA CATHÉDRALE AVE[...]

107000 €

Appartement T3 situé à 10 minutes à pied du centre ville. Au 3 eme étage d'[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir