Les habitudes alimentaires des politiciens peuvent influencer celle des citoyens

Publié le

(Relaxnews) - Des chercheurs américains démontrent que la couverture médiatique du président des Etats-Unis Donald Trump et de son attrait pour la malbouffe peut exercer une certaine influence sur la population américaine. Les personnes qui suivent attentivement le président sur Twitter seraient par exemple davantage enclines à consommer de la nourriture fast-food, affirment les auteurs de l'étude. 

Aux Etats-Unis, l'hygiène de vie des personnalités politiques est considérée avec beaucoup d'attention par l'opinion publique. Partant de ce constat, des chercheurs de l'université d'Etat de Pennsylvanie (Etats-Unis) ont analysé comment le goût prononcé du président Donald Trump pour la nourriture fast-food pouvait influencer la perception qu'a le public de la malbouffe et sur sa propension à en consommer. 

Publiés dans la revue Appetite, les travaux suggèrent que les gens qui accordent plus d'attention à la couverture médiatique du régime alimentaire du président des Etats-Unis seraient davantage susceptibles de considérer la restauration rapide comme une option de repas "socialement acceptable". Selon l'autrice principale de l'étude Jessica Myrick, professeure agrégée en études médiatiques à l'université d'Etat de Pennsylvanie, ces personnes seraient logiquement plus enclines à consommer de la nourriture fast-food.

Les chercheurs précisent que Donald Trump n'est pas le premier président des Etats-Unis dont les habitudes alimentaires laissent à désirer. L'ancien président Bill Clinton avait par exemple un penchant pour la restauration rapide avant de subir une chirurgie bypass en 2004 et de devenir végétalien. Mais d'après les auteurs des travaux, l'évolution des outils de communication et notamment Twitter, réseau social favori de l'actuel président des Etats-Unis, rend le cas de Donald Trump unique. En janvier dernier, le président avait défrayé la chronique en commandant de la nourriture fast-food pour alimenter le buffet dressé en l'honneur de l'équipe de football américain des Clemson Tigers, reçue à la Maison-Blanche. 

Un attrait pour la malbouffe plus marqué chez les partisans républicains

L'étude a été menée sur 1.050 Américains, interrogés dans le cadre d'une enquête représentative à l'échelle nationale. L'objectif était de sonder l'intérêt des participants pour les articles et reportages consacrés aux habitudes alimentaires de Donald Trump. Les auteurs de la recherche se sont également intéressés à la relation que les sondés "entretiennent" avec le président sur les réseaux sociaux, un peu à l'image de celle  entre un artiste célèbre et ses fans. 

Les chercheurs ont ensuite comparé ces résultats avec la perception des personnes sondées à l'égard de la restauration rapide et la probabilité qu'ils en commandent dans un avenir proche. De manière générale, les personnes qui s'intéressaient de près à la couverture médiatique des habitudes alimentaires de Donald Trump étaient davantage susceptibles de consommer du fast-food. Toutefois, cette propension était deux fois plus forte chez les partisans républicains que chez les démocrates, notent les chercheurs. 

Aucun lien entre l'attention accordée à la couverture du régime alimentaire du président et l'attirance pour la malbouffe n'a été constaté chez les personnes qui se sont déclarées affiliées à aucun de ces deux partis politiques, indique l'étude. 

"Les facteurs sociétaux et les préférences individuelles influent sur les choix alimentaires. Lorsque de grands  politiciens ou d'autres personnalités médiatiques adoptent un régime alimentaire peu sain, cela peut également avoir une incidence sur les choix alimentaires des consommateurs, et donc sur la santé des citoyens", alerte Jessica Myrick. 

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?