Une étude confirme que les troubles du sommeil peuvent s'accentuer chez les femmes ménopausées

  • Les résultats montrent que les femmes en post-ménopause rencontrent plus de difficultés à s'endormir que celles en phase de préménopause, soit environ 30 minutes de plus.
    Les résultats montrent que les femmes en post-ménopause rencontrent plus de difficultés à s'endormir que celles en phase de préménopause, soit environ 30 minutes de plus. Wavebreak / Istock.com
Publié le , mis à jour

(Relaxnews) - Une nouvelle étude américaine démontre une augmentation des troubles du sommeil à mesure que les femmes avancent dans la ménopause. Les femmes en post-ménopause éprouvent en effet plus de difficultés à s'endormir que celles au stade de la pré-ménopause. 

La ménopause correspond à une phase de transition hormonale chez les femmes, au cours de laquelle le système reproductif cesse de fonctionner, ce qui se manifeste par l'arrêt des règles et la chute des hormones sexuelles (œstrogènes et progestérones).

On considère qu'une femme est ménopausée après 12 mois consécutifs sans règles. La phase qui la précède correspond à la périménopause. Elle survient généralement aux alentours de l'âge de 50 ans. Chez une femme qui entre en phase de périménopause, l'éventail des effets secondaires peut s'avérer très large : bouffées de chaleur, arrêt des règles, sautes d'humeur... 

Mais, même une fois la ménopause installée, les femmes peuvent être confrontées à des insomnies, montre une nouvelle étude publiée dans Menopause, journal de la North American Menopause Society (NAMS)."Bien que de nombreuses études aient déjà examiné les problèmes de sommeil liés à l'âge, peu d'entre elles ont examiné l'effet de la ménopause", soulignent les auteurs de la recherche.

L'étude visait à comparer la qualité et la durée de sommeil de 6.100 femmes en phase de ménopause originaires du Canada, afin de déterminer dans quelle mesure le sommeil des participantes pouvait être affecté à différents stades de la transition ménopausique. 

Les résultats montrent que les femmes en post-ménopause rencontraient plus de difficultés à s'endormir que celles en phase de préménopause, soit environ 30 minutes de plus. Ces dernières étaient également plus susceptibles de souffrir d'insomnie et d'apnée obstructive du sommeil.

"Cette étude met en évidence les liens entre la ménopause et l'insomnie et l'apnée obstructive du sommeil. Compte tenu des effets néfastes du manque de sommeil sur la santé, les problèmes de sommeil devraient être identifiés et traités dans le cas spécifique de la ménopause", estime la Dre Stephanie Faubion, directrice médicale de la NAMS.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?