Prise en charge du syndrome de stress post-traumatique : la psychothérapie plus efficace que les médicaments ?

  • Les chercheurs recommandent aux cliniciens de présenter les deux options possibles de traitement en se basant non pas sur l'efficacité comparative mais sur les préférences des patients.
    Les chercheurs recommandent aux cliniciens de présenter les deux options possibles de traitement en se basant non pas sur l'efficacité comparative mais sur les préférences des patients. Koldunova_Anna / IStock.com
Publié le , mis à jour

(Relaxnews) - Des chercheurs américains ont passé en revue la littérature scientifique consacrée au sujet des traitements pour le syndrome de stress post-traumatique (PTSD), afin de déterminer quelle méthode entre la psychothérapie et les médicaments était la plus efficace pour traiter les patients. 

Le syndrome de stress post-traumatijque désigne les séquelles psychologiques et physiques qu'une personne peut éprouver à la suite d'un événement violent ou traumatisant (zone de guerre, attentat, deuil). Cette étude parue dans Psychiatry Research vise à déterminer si les inhibiteurs du recaptage de la sérotonine, traitement médicamenteux utilisé dans la prise en charge de PTSD, étaient plus efficaces que la psychothérapie axée sur le traumatisme ou vice-versa.

La plupart des lignes directrices pour le traitement du PTSD chez les adultes recommandent que la psychothérapie axée sur le traumatisme soit utilisée comme premier traitement et que les médicaments soient utilisés comme traitement de seconde intention, rappelle Jeffrey Sonis, professeur associé aux départements de médecine sociale et de médecine familiale de l'université de la Caroline du Nord, qui a dirigé l'étude.

Or, ces recommandations peuvent être biaisées compte tenu du fait que les essais randomisés qui comparent la psychothérapie à des groupes témoins sont menés sur des échantillons plus grands que celles des études visant à évaluer l'efficacité d'un traitement par médicament. Plusieurs facteurs justifient toutefois ces différences, notamment les études réalisées en aveugle courantes dans les essais de médicaments, impossibles à réaliser dans les essais de psychothérapie. 

Pas de preuve solide  pour trancher entre les médicaments et la psychothérapie

Pour une comparaison équitable de ces deux méthodes, les auteurs de cette méta-analyse se sont focalisés uniquement sur les données comprenant des études où un médicament expérimental était directement comparé aux normes de soins existantes, en l'occurrence la psychothérapie.

"En comparant la psychothérapie et les médicaments, nous avons constaté qu'il n'y avait pas de différence entre les deux. Cependant, l'intervalle de confiance à 95% était très large, ce qui indique que l'effet réel peut favoriser la psychothérapie ou les médicaments. Nous sommes donc arrivés à la conclusion qu'il n'existe pas encore suffisamment de preuves pour déterminer quelle méthode, entre la psychothérapie ou les médicaments, s'avère la plus efficace pour le traitement du PTSD chez les adultes", explique Jeffrey Sonis.

En attendant des preuves plus probantes, les chercheurs recommandent aux cliniciens de présenter dès le départ les deux options possibles de traitement en se basant non pas sur l'efficacité comparative (qui n'est pas concluante) mais sur les préférences des patients, tout en tenant compte de cas de figure précis tels que les risque et effets indésirables associés aux médicaments.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?