Lionel Costes : "Le Dakar n’a jamais été un rêve de môme mais j’espère voir l’arrivée"

Abonnés
  • Après s’être fait la main sur deux épreuves au Maroc, Lionel sait bien à quoi s’attendre : « Si mon épaule tient, ce sera déjà une grande victoire.
    Après s’être fait la main sur deux épreuves au Maroc, Lionel sait bien à quoi s’attendre : « Si mon épaule tient, ce sera déjà une grande victoire. Repro CPA / Repro CPA
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Fan d’Enduro depuis de longues années, le chef d’entreprise ruthénois se lance ce dimanche 5 janvier pour la première fois sur le Dakar. Un défi de taille.

Pour lui ce sera une première. Pas en Amérique du Sud comme ce fut le cas de ses prédécesseurs mais bien en Arabie Saoudite qui accueille pour la première fois de son histoire le rallye Dakar. Chef d’entreprise ruthénois passionné de deux roues depuis ses jeunes années, Lionel Costes sera du voyage dans le plus grand des pays de la péninsule d’Arabie. "J’ai toujours aimé l’enduro, sans prétention, à mon petit niveau" pose-t-il d’entrée de jeu. Ce "petit niveau" va pourtant lui permettre de s’échelonner sur la plus réputée des épreuves de rallye raid… même si, il le confie sans ménagement : "le Dakar n’a jamais été un rêve pour moi. J’ai pris la décision sur un coup de tête dans le courant du mois de mars."

Déclic

Avec Loïc Minaudier et Florent Vayssade, "ses potes", il prendra le départ de cette épreuve mythique. Celle qu’il a découverte de près l’année passée aux côtés de Florent Vayssade justement. "Je l’ai aidé à prendre le départ. Je l’ai suivi sur la ligne de départ et attendu à l’arrivée." Le déclic vient de là. "En voyant cette ambiance, j’ai commencé à me dire "pourquoi pas". "Un gros pépin de santé" qui aurait pu le terrasser lui donne, au contraire, la force de repousser ses limites. "J’ai perdu 25 kg en 3 mois. Paradoxalement, c’est là que j’ai eu envie d’aller plus loin. De reprendre du plaisir au guidon". Mais avant de se lancer dans le désert, il a fallu jauger la bête, appréhender son niveau. "Je me suis engagé sur deux rallyes raids cette année au Maroc. Avec des résultats pas trop mauvais pour un novice, (35e sur le premier, 18e sur le second NDLR) bien que le classement ne veuille pas dire grand-chose finalement."

"Mon épaule devrait tenir"

De ses deux expériences africaines, il garde en tête des paysages "grandioses" et un goût prononcé pour la navigation : "j’adore ça, être seul au milieu de rien, les pieds dans les dunes, étudier les cartes, me guider sans personne autour". Seul bémol, une "grosse blessure" suite à une lourde chute qui aurait sérieusement pu compromettre ses chances de départ. "Je suis rentré en France anéanti avec le ligament de l’épaule gauche sectionné en partie… J’en ai pleuré, je ne le cache pas. Mais j’ai finalement trouvé le médecin qui m’a rassuré. Mon épaule devrait tenir." Il n’en fallait pas plus au quinquagénaire pour reprendre l’entraînement avec une envie décuplée. Avec son préparateur physique, il multiplie les séances depuis plusieurs mois. "Vélo, course à pied, moto, renforcement musculaire…" rien ne manque. "Là, j’ai pu me rendre compte que le Dakar, c’est aussi un travail d’équipe. C’est aussi grâce à ma famille, ma femme, mon fils, que je peux prendre le départ. Mes salariés aussi se prennent aussi au jeu, me permettent de prendre un peu plus de temps pour les entraînements, me suppléent quand je ne peux pas être disponible pour l’entreprise." Rêve ou pas, le Dakar sera pour lui, le "grand rendez-vous" de ce début d’année 2020 avec pour seule ambition de boucler "le mythe". "Le but est d’être à l’arrivée. Si mon épaule tient, ce sera déjà une grande victoire."

A.D.
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

335 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE - 2 Pièces secteur Faubourg [...]

791 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE T4 Grande entrée, cuisine a[...]

65 €

Garage avec un accès aisé, il est situé dans la Résidence Les Terrasses de [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir