Les "Grandes gueules" font leur "tour de Gaule" avant les municipales

  • Ce "Tour de Gaule" des "Grandes gueules" emmènera les animateurs de l'émission Alain Marschall et Olivier Truchot, et leurs intervenants venus de toute la France, à Lyon tout d'abord, ce vendredi.
    Ce "Tour de Gaule" des "Grandes gueules" emmènera les animateurs de l'émission Alain Marschall et Olivier Truchot, et leurs intervenants venus de toute la France, à Lyon tout d'abord, ce vendredi. PIERRE VERDY / AFP
Publié le , mis à jour

(AFP) - "Les Grandes gueules", l'émission quotidienne de RMC et RMC Story, va démarrer vendredi une tournée dans cinq villes de France avant les élections municipales, pour "prendre le pouls" du pays et faire le point sur les préoccupations locales.

Ce "Tour de Gaule" des "Grandes gueules" emmènera les animateurs de l'émission Alain Marschall et Olivier Truchot, et leurs intervenants venus de toute la France, à Lyon tout d'abord, ce vendredi. Suivront Béziers le 17 janvier, Le Havre le 24, Lille le 31 et enfin Grenoble le 7 février. Le tout en direct et en public dans des salles qui pourront accueillir une centaine de personnes.

Cette initiative fait suite à des opérations précédentes du même type, notamment lors de l'élection présidentielle de 2012. Mais depuis que le talk show né sur RMC est diffusé simultanément sur la chaîne RMC Story, délocaliser l'émission est devenu plus compliqué d'un point de vue logistique et technique.

"On avait envie de faire sortir à nouveau l'émission à l'occasion des municipales, en choisissant des villes emblématiques à la fois des enjeux de ces élections, et de ce qu'est la France aujourd'hui", a expliqué à l'AFP Alain Marschall.

D'où le choix notamment de Lyon et Lille, où des ténors seront candidats (Gérard Collomb vise la métropole de Lyon et Martine Aubry est candidate à un quatrième mandat à Lille), ou de Grenoble, seule ville de plus de 100.000 habitants dirigée par un écologiste (Eric Piolle).

Ces émissions délocalisées ne seront toutefois pas entièrement centrées sur les municipales: des séquences seront consacrées à chacune des villes-étape mais les "Grandes gueules" continueront à débattre de l'actualité du jour.

Un exercice bénéfique pour Olivier Truchot: "Ça permet d'aller à la rencontre des auditeurs et des téléspectateurs, d'aller prendre le pouls sur place". Il y voit aussi une chance de cultiver le caractère "anti parisien" de l'émission, qui veille à recruter ses "grandes gueules" aux quatre coins du pays.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir