Aveyron : comment les agriculteurs font face au défi des installations

Abonnés
  • Le « forum des filières  qui recrutent », à Rodez,  a rassemblé plus de 230 étudiants.
    Le « forum des filières qui recrutent », à Rodez, a rassemblé plus de 230 étudiants. Photo Ph.H. / / Photo Ph.H.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

À la salle des fêtes de Rodez, jeudi après-midi, les Jeunes agriculteurs ont organisé pour la sixième année consécutive leur "forum les filières qui recrutent". Près de 230 étudiants ont participé à l’opération.

Depuis maintenant six ans, les Jeunes agriculteurs ont mis sur pied le "forum des filières qui recrutent". Organisé à la salle des fêtes de Rodez, le rendez-vous réunit six établissements d’enseignement agricole du département.

Le renouvellement des générations est au cœur de leurs préoccupations. Selon les estimations, un peu plus de 2 600 agriculteurs actifs ont plus de 58 ans. "La diminution de nombre d’exploitants va rapidement se poser, rajoute Romain Déléris, co-président des JA et responsable du dossier des installations. Cette question n’est pas nouvelle mais jusqu’à présent l’augmentation de la production au sein des exploitations, grâce notamment à de nouvelles techniques, permettait de compenser ces départs. " On compte aujourd’hui une installation pour 2,3 départs à la retraite.

Avec 300 installations par an, l’Aveyron, l’agriculture aveyronnaise reste "attractive. Il y a des opportunités dans ces filières qui restent rémunératrices", rajoute Anthony Quintard, président des Jeunes agriculteurs.

Mais aujourd’hui, cette diminution pourrait se traduire, et se retrouve déjà dans certaines filières, par des baisses des volumes produits qui pourraient mettre en péril certains marchés.

Les filières présentes lors de ce forum recrutent et ont besoin de producteurs dans ces plusieurs secteurs : bœuf fermier aubrac, ovin viande, porc, veau d’Aveyron et du Ségala ou bovin lait bio et conventionnel, caprin, ovin.

Deux nouvelles filières ont été invitées cette année : volaille et maraîchage. "Aujourd’hui, ces activités sont porteuses, souligne Anthony Quintard, président des Jeunes agriculteurs. D’ailleurs, de nombreux producteurs qui s’installent choisissent ces activités pour compléter leurs revenus. Ils peuvent ainsi choisir de développer les circuits courts et la vente directe à la ferme."

"Les agriculteurs gèrent de véritables entreprises"

Mais l’un des autres objectifs de ce forum est de donner de l’agriculture "une image positive " auprès des étudiants et futurs éleveurs. "Nous voulons montrer qu’il est possible de vivre de ce métier, de pouvoir se dégager du temps libre. Aujourd’hui, les agriculteurs gèrent de véritables entreprises, avec les contraintes que l’on a de s’occuper d’animaux, explique Anthony Quintard. D’ailleurs, beaucoup d’installations se font au sein de Gaec. Ils choisissent de partager le matériel, les investissements, etc."

Un autre point sur lequel ont insisté les JA est le salariat agricole. "Pendant de nombreuses années, le salariat agricole a souffert d’une mauvaise image, déplore Clément Lacombe, vice-président des JA et co-responsable des dossiers d’installation. Mais la réalité est tout autre aujourd’hui. Les salariés sont bien payés et cela peut permettre à certains de découvrir le métier avant de se lancer dans leur propre exploitation."

Il manquerait en Aveyron entre 1 300 et 1 500 salariés agricoles.

Ce forum laisse donc entrevoir des perspectives "intéressantes, répète Anthony Quintard. À nous de faire passer le message : l’agriculture est véritablement un métier d’avenir en Aveyron ".

En chiffres

  • 151 installations aidées de jeunes de moins de 40 ans en 2018.
  • 74 % de proportion d’hommes qui reprennent une exploitation.
  • 29 ans d’âge moyen des jeunes qui s’installent.
  • 28 % d’agriculteurs qui s’installent en dehors du cadre familial. Une tendance stable, voire légèrement à la hausse en Aveyron.
  • 113 installations sur les 151 aidées en 2018, l’ont été sous une forme de société Gaec, EARL.
  • 2 600 chefs d’exploitation sont recensés en Aveyron sont âgés de plus de 58 ans, sur les 9 000 fermes aveyronnaises.
  • 4 à 5 Les cessions d’exploitations se préparent au moins quatre ou cinq ans avant le départ à la retraite des agriculteurs. Les instances agricoles appellent à anticiper très amont les cessions.

 

“L’agriculture est un véritable moteur de l’attractivité en Aveyron […] Pour ceux qui cherchent à se reconvertir, le département dispose des établissements agricoles qui permettent d’offrir des formations diplômantes dans de nombreux domaines.

Jean-Claude Anglars, vice-président du conseil département en charge de l’agriculture.

Jérôme Despey, le secrétaire général de la FNSEA, était présent lors de l’assemblée générale d’hier, à Moyrazès.
Jérôme Despey, le secrétaire général de la FNSEA, était présent lors de l’assemblée générale d’hier, à Moyrazès. - Centre Presse - Philippe Henry

Assemblée générale. Mercosur, Ceta : "On se tire une balle dans le pied"

Hier, tout au long de la journée, lors de l’assemblée générale de la FDSEA, à Moyrazès, les agriculteurs présents ont débattu autour d’un sujet brûlant, d’actualité. Comment l’agriculture peut-elle s’adapter au réchauffement climatique ?

Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA, était présent pour participer aux discussions.

L’invité de la journée a surtout insisté sur la loi EGalim et sur les négociations actuellement menées entre les producteurs, les grandes surfaces et les industriels. "Nous menons un travail avec toutes les filières, explique-t-il, pour que le prix payé aux producteurs soit le meilleur possible. Nous travaillons notamment avec les acteurs de la filière bovin viande pour tirer les prix vers le haut."

"Nous luttons également contre ce que nous appelons des distorsions de concurrences, poursuit Jérôme Despey. Des traités commerciaux comme le Ceta ou le Mercosur nous pénalisent grandement. On se tire une balle dans le pied."

Un peu plus tôt dans la journée, d’autres intervenants ont rappelé l’importance d’accentuer la préservation de la ressource en eau en développant, notamment, les retenues collinaires.

Centre Presse
Voir les commentaires
L'immobilier à Aveyron

54500 €

Terrain constructible d'environ 3184m². Eau et électricité en bordure de te[...]

34000 €

Terrain constructible de 1 326 m2 proximité village et Villefranche de Roue[...]

120000 €

A VENDRE-Immeuble à usage locatif comprenant 3 appartements loués + possibi[...]

Toutes les annonces immobilières de Aveyron
Réagir