Archéologie - Histoire

Rodez : quand l’amphithéâtre romain ressort de terre

  • Philippe Gruat devant le mur qui permet de préciser le plan de l’amphithéâtre.
    Philippe Gruat devant le mur qui permet de préciser le plan de l’amphithéâtre. JAT / JAT
  • Un document de la Société des lettres.
    Un document de la Société des lettres. Repro CPA / Repro CPA
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Rue Pasteur, des fouilles préventives ont permis de mettre au jour un nouveau bout de l’édifice romain.

On le sait, dès que l’on creuse dans le centre-ville de Rodez, les probabilités de mettre au jour des vestiges antiques sont très élevées. Récemment, les travaux engagés place de la Cité ou celle du Sacré-Cœur l’ont encore rappelé. Ces derniers jours, des travaux étaient lancés par un particulier au bas de la rue Pasteur, presque à l’angle avec la rue de l’Amphithéâtre. Et là, bingo ! "On le subodorait" sourit Philippe Gruat, patron du service départemental d’archéologie, qui a mené la campagne de fouilles préventives.

Une datation de l’édifice

Dans ce quartier bien nommé de l’Amphithéâtre, les archéologues savaient qu’ils avaient une chance de mettre la main sur un bout de l’amphithéâtre romain de Segodunum. Un bout de dalle et un muret, un raidisseur, ont fait tout leur bonheur. " Et celui des voisins aussi ! Beaucoup, pendant les fouilles, sont venus témoigner de vestiges, comme des bouts de murs, qu’ils avaient dans leur cave " sourit Philippe Gruat. Reconnaissant, également, envers les propriétaires de la parcelle fouillée "qui ont joué le jeu ".

"Grâce au bout de mur que l’on a trouvé, on précise un peu plus le plan" souligne-t-il, rappelant qu’un des principaux vestiges de cet amphithéâtre romain se trouve à la "patte d’oie" de la rue Saint-Michel, située quelques mètres plus bas. On peut encore y observer les restes de l’entrée principale de l’amphithéâtre avec sa voûte. "Je suis convaincu que nous nous situons dans la même phase urbanistique de Rodez à la fin du Ier siècle" détaille l’archéologue. "Nous retrouvons en effet le même appareillage que celui qui a servi à la réalisation de l’aqueduc de Vors ".

Et Philippe Gruat de ne pas cacher un certain enthousiasme à l’idée de pouvoir enfin dater cette construction romaine avec la découverte de bouts de charbons qui seront analysés au carbonne 14. " C’est un éclairage de plus sur un amphithéâtre que l’on connaît en définitive assez mal. La présence d’un bout d’aqueduc nous laisse toutefois penser qu’il y avait des jeux d’eau à cet endroit-là". Quoi qu’il en soit, dans les prochains mois, cette découverte fera l’objet d’une communication par le service départemental d’archéologie. Une pierre de plus à l’histoire de Rodez.

Philippe Routhe
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

331 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE - Proche université Champoll[...]

398000 €

Idéalement située, belle maison de 190 m² sur un terrain arboré de 1157 m² [...]

315 €

A louer rapidement studio quartier Bourran de 24.93m2 Il se compose d'une p[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir