Famille

Enceinte, votre alimentation influencera-t-elle les goûts de votre enfant ?

  • Enceinte, votre alimentation influencera-t-elle les goûts de votre enfant ?
    Enceinte, votre alimentation influencera-t-elle les goûts de votre enfant ?
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Tout parent se trouve un jour bien dépourvu devant son enfant refusant de manger des courgettes ou des brocolis. Mais comment faire pour qu’il accepte autre chose que les frites et les pâtes ? En y pensant dès la grossesse? L’alimentation de la future maman aurait un impact sur les préférences de nos petits.

« Finis ton assiette! » Bien qu’une majorité d’enfants n’aime pas le chou-fleur et les salsifis, certains sont moins difficiles que les autres. D’après plusieurs études, le régime alimentaire de la future mère pendant sa grossesse jouerait un rôle dans  les futurs goûts de son petit.

Tout d’abord, le bébé développe très tôt le sens du goût. Dès le troisième mois de grossesse, la bouche du fœtus est équipée de bourgeons gustatifs. Et à quatre mois de grossesse, il est capable de différencier les cinq grandes saveurs : le sucré, le salé, l’acide, l’amer et l’umami. Il préfère naturellement le sucré. La preuve ? Plus le liquide amniotique est sucré, plus il en avale. Résultat, à la naissance, il appréciera naturellement le lait maternel. En revanche, il n’aime pas le goût amer. Un réflexe lié à la survie, car en général les poisons sont amers.

Ses préférences se façonnent dans le ventre

Mais qu’en est-il des goûts pour tel et tel aliment sucré, salé ou même acide ? Une étude américaine avait montré dès 2001 que les enfants dont les mères avaient bu plus de jus de carotte pendant la grossesse acceptaient plus facilement l’introduction de ce légume sous forme de purée. « Le liquide amniotique est ‘la première nourriture’ pour le bébé, et il contient des saveurs et des parfums », soulignait Julie Mennella du Monell Chemical Senses Centre de Philadelphie, auteure de ce travail.

Peter Hepper de son côté, directeur du Fetal Research Centre at Queen’s University de Belfast a montré que « les fœtus exposés à l’ail par la consommation de leur mère ont plus de chance d’aimer cet aliment plus tard ».

Pour autant, il n’est pas question de culpabiliser les mamans. Le goût se façonne également plus tard, selon la personnalité de chacun, ses expériences personnelles et son âge. S’il est toujours recommandé de suivre un régime alimentaire équilibré pour favoriser une bonne santé de la mère et de l’enfant, vous pouvez manger ce qu’il vous plaît.

Destination Santé
Voir les commentaires
Réagir