Un test sanguin pourrait prévenir l'arrivée de la ménopause avec deux ans d'avance

  • Le test permettrait de déterminer le moment des dernières menstruations dans les 12 à 24 mois chez les femmes, de la quarantaine jusqu'au début de la cinquantaine.
    Le test permettrait de déterminer le moment des dernières menstruations dans les 12 à 24 mois chez les femmes, de la quarantaine jusqu'au début de la cinquantaine. Henrik Dolle/Istock.com
Publié le , mis à jour

(Relaxnews) - Des scientifiques américains travaillent sur un dispositif permettant de prédire la survenue de la ménopause dès l'âge de 48 ans. Le test repose sur la mesure d'une hormone dont les niveaux de sécrétion tendent à diminuer lorsque le cycle d'ovulation s'achève. 

L'hormone anti-müllerienne (AMH) apparaît dès les premières semaines d'existence in utero et s'avère cruciale pour le développement des organes génitaux. Chez les femmes adultes, la mesure de l'AMH permet de jauger la réserve ovarienne, autrement dit "leur capital fertilité". Mais elle pourrait également prévenir l'apparition de la ménopause.

Des scientifiques américains de l'université du Colorado développent en effet un test sanguin dans l'objectif d'obtenir un outil fiable pour prédire l'arrivée de la ménopause. Parue dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, la recherche montre que ce test pourrait déterminer environ deux ans à l'avance à quel moment ce changement crucial dans la vie d'une femme est susceptible de se produire. Un faible niveau d'AMH chez une femme de plus de 48 ans peut par exemple indiquer que l'arrêt du cycle d'ovulation (et donc la fin des règles) est sur le point de s'enclencher. 

Selon les auteurs de l'étude, accéder à ces informations donnerait la possibilité aux femmes de prendre des décisions plus avisées pour la santé, comme le fait d'arrêter leur contraception ou de suivre un traitement hormonal substitutif (THS), prescrit pour remplacer les hormones oestrogènes dont les niveaux chutent fortement pendant la phase de préménopause. 

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont étudié des analyses de sang effectuées sur 1 537 femmes âgées de 42 à 63 ans. La recherche a permis de suivre la santé des femmes au cours de leur transition vers la ménopause. Les échantillons de sang des participantes ont servi de support pour déterminer les niveaux d'AMH ainsi que l'hormone FSH, également impliquée dans la ménopause. Ce processus a permis de prédire le moment des dernières menstruations dans les 12 à 24 mois chez les femmes, de la fin de la quarantaine jusqu'au début de la cinquantaine.

Ce n'est pas la première fois que des scientifiques mettent au point un dispositif de cet acabit. En 2010, des chercheurs iraniens ont développé un test similaire pour prédire l'arrivée de la ménopause en fonction des niveaux de l'AMH. Les travaux ont cependant été réalisés sur un échantillon réduit de femmes (un peu plus de 200) et nécessitaient des recherches à plus grande échelle pour confirmer l'efficacité et la fiabilité du test. 

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir