Délocalisation des Finances publiques : bonne nouvelle pour Decazeville ou trompe-l’œil ?

Abonnés
  • Le centre des finances publiques de Decazeville.
    Le centre des finances publiques de Decazeville. BHSP. / BHSP.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Alors que les élus, d’une manière générale, se félicitent de cette décision, les syndicalistes des Finances publiques déplorent la politique globale mise en place.

Les réactions sont mitigées après l’annonce mercredi par le ministère de l’Action et des Comptes publics de délocaliser des services de Finances publiques dans des villes moyennes et des petites villes dont Decazeville.

Rien n’est encore arrêté mais le chiffre d’une cinquantaine de postes est évoqué. Autant d’agents et le cas échéant leurs familles, pourraient ainsi être déplacés de grandes villes vers l’Aveyron et plus précisément à Decazeville.

En congés cette semaine, le maire de Decazeville François Marty, s’exprimera la semaine prochaine.

Mais d’ores et déjà, Alain Alonso, premier adjoint indique "On est ravis et satisfaits par cette nouvelle, une première étape. C’est le fruit d’un travail réalisé dans le sillage des Rencontres de Decazeville où nous avons pu montrer que nous Decazeville est une force de proposition. Les élus se sont impliqués autour du maire, notamment Christian Lacombe, Evelyne Calmettes et Patrick Innocenti pour élaborer le dossier de candidature. Il faut maintenant travailler sur les aspects pratiques tels que l’accueil ".

Christian Tieulié, conseiller départemental Lot-et-Dourdou et vice président du conseil départemental, se félicite aussi de cette annonce : "Je suis ravi que la candidature de Decazeville a été retenue. Jean-François Galliard a soutenu cette candidature auprès de la direction générale des Finances publiques et du ministère ".

Anne Blanc, députée, se réjouit, elle aussi, : "J’ai appuyé la candidature de Decazeville et celle Villefranche-de-Rouergue. Je me réjouis que parmi les villes de province, Decazeville ait été retenue par le ministre. C’est une très bonne nouvelle pour le territoire du bassin, son attractivité et pour l’Aveyron ! Je soutiens ce mouvement de relocalisation des services publics et de déconcentration des administrations centrales vers nos territoires ruraux qui ont besoin de retrouver cette proximité. Nul doute que ces nouveaux habitants seront ravis de la qualité de vie et des atouts qu’ils trouveront sur notre territoire ".

Les syndicats aveyronnais des Finances publiques sont beaucoup plus sceptiques voire sévères. Parmi eux, Jean-Claude Vernière (secrétaire départemental Solidaire Finances publiques). Jeudi, lui, mais aussi Damien Ichard (FO) et Richard Pons (CGT) ont rencontré Jean-François Galliard à propos de la charte d’engagement du nouveau réseau de proximité des Finances publiques dans l’Aveyron.

"Du saupoudrage, un illogisme sans nom"

L’annonce ministérielle ? "Du saupoudrage, d’un illogisme sans nom. On va délocaliser des services parisiens mais en même temps on détruit 12 trésoreries, 3 services d’impôts aux particuliers dont Decazeville, et 3 services d’impôts aux entreprises. On supprime le service de publicité foncière de Millau en juin 2020 ; le cadastre de Rodez.

Decazeville a vu la suppression du service impôt aux entreprises le 1er janvier 2018. Puis ce sera la suppression du service comptabilité de l’hôpital de Decazeville au 1er janvier 2021. Toujours le 1er janvier 2021 sera supprimé le service impôts aux particuliers (actuellement 5 agents + un responsable). La direction a voulu rassurer les élus en promettant le maintien d’une antenne jusqu’en 2026. Mais on sait bien que maintenir seulement un ou deux agents conduira à un engorgement, du burn-out et à des dysfonctionnements, des conditions de travail délabrées qui justifieront ensuite une suppression.

Seule la trésorerie n’est pas touchée mais au contraire absorbera les trésoreries de Montbazens et de Marcillac.

On ne sait pas quel service viendrait à Decazeville. Même si cela se concrétisait, il faut savoir que les services délocalisés sont des services cloisonnés, qui ont des missions, et n’ont pas de contact avec le public. Faut-il encore que les agents acceptent de venir à Decazeville."

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

81500 €

Immeuble de rapport en parfait état. Ce petit immeuble est composé de deux [...]

77000 €

Immeuble de 1280 m² à rénover sur 5 niveaux et 3 demi-niveaux. Au rez-de-ch[...]

63500 €

Appartement de type T3 en très bon état, situé au rez de jardin d'une petit[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir