Crédits immobiliers: les taux restent très bas en ce début d'année

  • A 1,13% en moyenne, les taux des crédits immobiliers accordés par le secteur concurrentiel ont entamé l'année au même niveau que décembre 2019
    A 1,13% en moyenne, les taux des crédits immobiliers accordés par le secteur concurrentiel ont entamé l'année au même niveau que décembre 2019 Pattanaphong Khuankaew / IStock.com / Pattanaphong Khuankaew / IStock.com
Publié le / Mis à jour le S'abonner

(AFP) - Le taux d'intérêt moyen des crédits immobiliers est resté stable en janvier en France, après avoir fini 2019 quasiment à son plus bas niveau historique, mais les durées d'emprunt ont nettement reculé, montre mardi l'étude mensuelle de référence sur le sujet.

A 1,13% en moyenne, les taux des crédits immobiliers accordés par le secteur concurrentiel ont entamé l'année au même niveau que décembre 2019, détaille dans un communiqué l'observatoire Crédit Logement/CSA. Le premier organisme regroupe les principales banques françaises, le second est un institut d'études de marché.

A ce niveau, ils restent extrêmement bas, répercutant la politique monétaire historiquement favorable au crédit que mène la Banque centrale européenne (BCE). L'an dernier, les taux ont enfoncé plusieurs planchers historiques, le record à battre restant 1,12% en novembre.

Ces conditions de crédit très favorables alimentent depuis plusieurs années le marché immobilier. En 2019, les montants totaux empruntés par les Français pour acheter un logement ont, là aussi, battu un record à 1.017 milliards d'euros d'encours, selon la Banque de France.

Cet essor commence à préoccuper les autorités qui ont demandé l'an dernier aux banques d'éviter de prêter sur des durées dépassant 25 ans, même si ces recommandations restent pour l'heure incitatives.

De fait, la durée moyenne des crédits immobilier s'est nettement raccourcie en janvier, même si elle reste proche de niveaux historiquement longs. Elle s'est établie à 227 mois -un peu moins de 19 ans-, contre 232 en décembre.

"La diminution constatée en janvier 2020 est rapide (et) elle est inhabituelle à cette période de l'année où la plupart du temps les durées s'allongent", a souligné l'observatoire dans un communiqué. "Elle s'inscrit donc dans les évolutions de l'offre associées à la mise en oeuvre des recommandations."

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir