La consommation de volailles en France a progressé de 15% en 5 ans

  • Le poulet découpé a le vent en poupe dans les habitudes d'achat des Français
    Le poulet découpé a le vent en poupe dans les habitudes d'achat des Français mphillips007 / IStock.com / mphillips007 / IStock.com
Publié le / Mis à jour le S'abonner

(Relaxnews) - En 2019, les Français ont englouti 1,86 million de tonnes de viandes de volaille, soit une progression de 15% depuis 2014, d'après les estimations publiées ce mardi 11 février par l'Interprofession de la volaille de chair (Anvol). Ils sont les troisièmes plus grands consommateurs de ce type de viande en Europe, après les Britanniques et les Allemands. 

27,8 kg. Telle est la quantité de volaille dévorée chaque année par un habitant français. D'après la filière, les consommateurs hexagonaux en mangent deux fois par semaine. Seuls leurs voisins britanniques et allemands en sont davantage friands puisqu'ils en consomment respectivement 40 kg par an et 23 kg par an. Poulet et autres volatiles consommables composent ainsi le menu le plus fréquemment servi dans les foyers tricolores, après le porc qui reste le marqueur carné le plus important. 

Entre 2018 et 2019, la consommation de volaille a progressé de 4%. Et sur une période de cinq ans, la tendance s'évalue à +15%, grâce au succès de ce type de viande dans la restauration hors domicile. Les Français s'inscrivent dans une tendance mondiale. La production de viande de volaille a bondi de 3,4% depuis les années 2000. C'est le rayon le plus dynamique car l'effet n'est que de +1,6% pour la viande porcine. 

En France, sans surprise, c'est le poulet qui a le plus de succès. Celui-ci concentre 72% des achats au rayon de la volaille.

Si le traditionnel poulet rôti du dimanche a encore de beaux jours devant lui, les consommateurs manifestent de plus en plus une préférence pour le poulet découpé en morceaux. Le poulet entier ne représente plus que 21%, alors que les ventes de découpes sont passées de 33% à 49% entre 1998 et 2019. Les Français affectionnent aussi les préparations à base de poulet telles que les recettes panées ou les saucisses (30% en 2019).

La dinde compose le deuxième choix (16%), devant le canard (10%) puis la pintade (1%). 

Améliorer le bien-être animal pour peser dans les achats

Dans ce contexte où la France est pourtant le quatrième plus grand producteur européen de volaille, la filière française entend peser davantage dans le panier des Français. Car 45% des poulets consommés en France sont importés. Anvol annonce ainsi ce 11 février le lancement d'un "pacte ambition Anvol 2025", qui propose de nouvelles dispositions et d'améliorer le bien-être animal. D'ici cinq ans, les producteurs s'engagent à ce que la moitié des volailles de chair élevées dans des poulaillers jouissent de lumière naturelle, soit par le biais d'une fenêtre soit grâce à un parcours extérieur pour les poulets étiquetés Label Rouge ou en agriculture biologique. 

Par ailleurs, l'utilisation d'antibiotiques sera réduite de 5% d'ici 2025. La filière conclut que la réduction s'élèvera à 60% sur la période 2011-2025.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir