Les agriculteurs bio vont lancer un label "bio française équitable" avec Picard

  • La Fédération de l'agriculture biologique (Fnab) va lancer un label "bio française équitable" qui garantit aux consommateurs des légumes biologiques produits en France et un prix rémunérateur aux agriculteurs bio
    La Fédération de l'agriculture biologique (Fnab) va lancer un label "bio française équitable" qui garantit aux consommateurs des légumes biologiques produits en France et un prix rémunérateur aux agriculteurs bio vm / Istock.com / vm / Istock.com
Publié le / Mis à jour le S'abonner

(AFP) - La Fédération de l'agriculture biologique (Fnab) va lancer un label "bio française équitable" qui garantit aux consommateurs des légumes biologiques produits en France et un prix rémunérateur aux agriculteurs bio, une démarche expérimentée par le groupe de surgelés Picard.

"Le marché biologique se développant, l'opportunité s'est présentée de construire des partenariats forts avec des entreprises de l'agro-alimentaire sur une bio qui corresponde à nos valeurs", indique Stéphanie Pageot, secrétaire nationale de la Fnab, citée mardi dans un communiqué.

La Fnab a travaillé avec Picard depuis 2016 pour construire "une filière locale et équitable" avec les producteurs. Picard a signé des contrats tripartites avec trois organisations de producteurs bio et un transformateur du Sud-Ouest de la France, ont-ils précisé dans ce communiqué.

Ce projet va déboucher avec le lancement à partir du 2 mars d'une gamme bio et locale distribuée dans les 87 magasins Picard de Nouvelle-Aquitaine et d'Occitanie.

"Nous avons cherché à valoriser cet engagement, c'est comme ça que l'idée d'un label est venue", explique Mme Pageot. Le label Bio français équitable qui sera apposé sur cette gamme de produits sera contrôlé par un organisme certificateur.

"En 2015, avec le changement d'échelle de l'agriculture biologique, on est passé de 7% de croissance annuelle des taux de conversion, à 15-18%. L'agriculture biologique est sortie de sa niche et a été complètement institutionnalisée. Tous les opérateurs s'en sont emparés: la distribution, les opérateurs de la transformation, les institutions, le système bancaire", a rappelé à l'AFP Guillaume Riou, président de la Fnab.

On a ainsi vu des distributeurs utiliser les produits bio comme produits d'appels en cassant les prix. Or pour les agriculteurs bio, l'important reste d'éviter un alignement de leurs prix vers le bas, ce qui ne compenserait plus les coûts supplémentaires de ce mode de production.

La Fnab a donc décidé de contrer le "risque déflationniste par la massification" et "le commerce équitable a donc été la première brique pour redonner une place importante dans la chaîne de valeur aux agriculteurs face au monde de la transformation et de la distribution et pour satisfaire in fine le consommateur avec un prix qui ne soit pas exagéré", a-t-il expliqué.

"Il faudra ajouter d'autres briques dans le temps", a assuré M. Riou en évoquant par exemple la biodiversité, les dimensions sociales, ou encore la question du bien-être animal.

Picard poursuivra ensuite l'expérience dans d'autres régions. Quant au label, la Fnab espère que d'autres marques ou enseignes de distribution s'en empareront.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir