Lacombe veut créer une nouvelle dynamique à Onet

  • La liste a officiellementété déposée hier matinen préfecture.
    La liste a officiellementété déposée hier matinen préfecture.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Le candidat en lice pour la mairie mise sur l’humain, l’économie, l’écologie, les nouvelles technologies et l’innovation, pour transformer l’image de la deuxième ville de l’agglomération.

Plus d’humains, moins de béton, beaucoup d’anticipation, d’échanges et de concertation : c’est la vision de la politique prônée par Jean-Marc Lacombe, candidat à la mairie d’Onet-le-Château à la tête de la liste "Vivre Onet ensemble". Une candidature officielle depuis hier matin et le dépôt de sa liste en préfecture. Écologie, cadre de vie, économie, sont autant de sujets que le candidat qui se présente pour la première fois à une élection, tient à aborder avec des idées nouvelles. À l’image du Pôle auto et du Quai des entrepreneurs qu’il souhaite développer. " Il faut créer une nouvelle dynamique autour de notre ville, lance Jean-Marc Lacombe. Onet est aujourd’hui surtout connue à travers les affaires qui entachent la mairie et pour l’usine Bosch que l’on tente de sauver, mais pas de la meilleure manière qui soit à mon avis", fustige l’entrepreneur castonétois.

Quai des entrepreneurs

Selon lui, "les élus auraient dû réfléchir à tout cela bien avant. Car, pour qu’un groupe indépendant comme Bosch ait envie de rester il faut lui en donner l’envie. Il y a tellement d’atouts ici, de passerelles à lancer entre différentes entreprises, des synergies à trouver, poursuit le candidat. Si on avait créé un pôle auto avec des chercheurs comme je souhaite le faire, Bosch n’aurait aucune envie de partir".

Estimant toutefois qu’il "n’est pas encore trop tard", Jean-Marc Lacombe souhaite également créer un Quai des entrepreneurs qui regrouperait sur un même site tout ce qui fait la force d’un territoire. "Il faut être visionnaire, innover, faire de la recherche. C’est comme cela qu’une ville ou une région deviennent attractives pour de grands groupes industriels. N’oublions pas que nous sommes dans la Région la plus innovante de France. Il faut imaginer l’avenir", conclut le candidat avant d’évoquer le sujet de la santé. Un thème dans lequel le candidat englobe également la vieillesse et la dépendance. Opposé à la construction d’un Ehpad supplémentaire, "hors de prix et pas nécessaire actuellement", Jean-Marc Lacombe préfère mettre l’accent sur l’accompagnement. "Nous allons tout mettre en œuvre pour que les personnes âgées puissent rester le plus longtemps chez elles. Et si leur logement n’est pas approprié à leur état de santé, nous serons en mesure de les reloger et de les accompagner."

Télécabine médicale

Le candidat souhaite continuer à œuvrer pour attirer des médecins et combler ainsi les deux postes (sur quatre) toujours vacants à la maison de santé. Il envisage aussi la création d’une télécabine au sein de la maison de santé. Les malades pourront s’y rendre 24 heures sur 24, sept jours sur sept pour rencontrer un médecin par écran interposé. "Si besoin, le patient pourra également se faire accompagner par une personne physique (une infirmière)". L’endroit disposera de tout le matériel nécessaire à une auscultation. "Il y aura même une caméra pour visionner l’intérieur de la bouche par exemple", précise-t-il. "Ce n’est pas ce qui va solutionner le manque de médecin, mais cela rassurera les gens et cela désengorgera les services d’urgences des hôpitaux."

Côté handicap, en plus de combler les retards liés aux aménagements urbains, le candidat, s’il venait à être élu, souhaiterait mettre en place un service d’accueil réservé aux personnes en situation de handicap.

Rachid Benarab
Voir les commentaires
Réagir