Selon une étude australienne, une femme sur deux éprouve du stress et de la culpabilité vis-à-vis de sa vie sexuelle

  • Les réponses obtenues grâce aux questionnaires s'avèrent préoccupantes, puisque la moitié (50,2%) des femmes interrogées a déclaré ressentir des sentiments de culpabilité, de stress ou de mal-être relatifs à leur vie sexuelle.
    Les réponses obtenues grâce aux questionnaires s'avèrent préoccupantes, puisque la moitié (50,2%) des femmes interrogées a déclaré ressentir des sentiments de culpabilité, de stress ou de mal-être relatifs à leur vie sexuelle. kicsiicsi / IStock.com
Publié le , mis à jour

(Relaxnews) - Une nouvelle recherche réalisée sur plus de 7000 Australiennes montre qu'une femme sur deux éprouve du stress, voire de la détresse, pendant les rapports sexuels. Selon l'étude, ce mal-être provient le plus souvent d'une mauvaise estime de soi liée à l'apparence physique, ainsi qu'à la prise d'antidépresseurs. 

Une étude australienne parue dans Fertility and Sterility sur la vie sexuelle de jeunes femmes soulève des point inquiétants relatifs à leur bien-être. Cette recherche menée par des professeurs de l'université de Monach (Australie) a interrogé 6946 femmes originaires d'Australie âgées entre 18 et 39 ans.

Les questions portaient sur la qualité de leur vie sexuelle (désir, orgasme, libido etc) ainsi que sur le bien-être émotionnel et l'image de soi dans le cadre intime. Près d'un tiers des participantes a déclaré être célibataire, 47% présentaient un indice de masse corporelle normal et près de 70% ont eu des rapports sexuels dans les 30 jours précédant l'étude.

Les réponses obtenues grâce aux questionnaires révèlent que la moitié (50,2%) des femmes interrogées a déclaré ressentir des sentiments de culpabilité, de stress ou de mal-être relatifs à leur vie sexuelle. Parmi elles, une femme sur cinq a signalé au moins un trouble correspondant à une dysfonction sexuelle féminine (DSF).

Les DSF peuvent se traduire par divers troubles (baisse de libido, douleurs pelviennes pendant les rapports sexuels, difficultés à atteindre l'orgasme) et sont qualifiés comme tels lorsque la situation dure depuis plus de six mois.

La prise d'antidépresseurs associée à une baisse de libido

L'une des raisons les plus fréquentes relatives aux DSF évoquées par les participantes est la faible image de soi sur le plan sexuel, associée à un sentiment de détresse chez 11% d'entre elles. Ces situations concernent aussi bien des femmes célibataires ou en couple, ainsi que celles en surpoids ou qui allaitent leur enfant.

D'après l'étude, les troubles de l'excitation, du désir, de l'orgasme ont touché respectivement 9%, 8% et 7,9% des femmes interrogées. La prise d'antidépresseurs, signalée par 20% des femmes interrogées, a été associée à un impact négatif sur la sexualité, notamment sur la baisse de libido et les difficultés à avoir un orgasme. 

Selon Susan Davis, professeure spécialisée en santé des femmes à l'université de Monach et autrice principale de la recherche, la détresse personnelle liée à la sexualité et les DSF pourraient avoir un impact sur les relations et la qualité de vie globale des femmes au fur et à mesure qu'elles vieillissent.

"La forte prévalence de la détresse personnelle liée à la sexualité montre qu'il est important que les professionnels de la santé, en particulier ceux qui travaillent dans les domaines de la gynécologie et de la fertilité, soient bien préparés à interroger régulièrement les jeunes femmes sur tout problème de santé sexuelle et à mettre en place une prise en charge ou une orientation appropriée", souligne la chercheuse dans un communiqué

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir