Santé

COVID-19 : des médicaments prometteurs?

  • COVID-19 : des médicaments prometteurs?
    COVID-19 : des médicaments prometteurs?
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

La recherche d’un traitement contre le coronavirus avance. Des chercheurs chinois viennent de mettre en avant l’efficacité d’un médicament contre le paludisme. D’autres molécules, utilisées contre le VIH ou Ebola, sont actuellement en cours d’essai.

Alors que la propagation du COVID-19 à travers le monde continue d’inquiéter, des scientifiques apportent des nouvelles, si ce n’est rassurantes, du moins porteuses d’espoir. Ainsi, le Pr Didier Raoult, directeur de l’Institut Méditerranée Infection à Marseille s’est-il fait l’écho dans une vidéo d’un travail chinois. Il y raconte que des chercheurs ont testé la chloroquine, un médicament couramment utilisé contre le paludisme, et que celle-ci a montré des signes d’efficacité contre le coronavirus. « Avec 500mg de chloroquine par jour pendant 10 jours, les améliorations sont spectaculaires, pour tous les cas cliniquement positifs. »

Intervention du Pr Didier Raoult

Dans le détail, 135 patients ont reçu cette molécule. Sur ceux présentant une forme légère à modérée, aucun n’a développé de symptômes sévères. Les formes sévères ont quant à elles été atténuées.

Une nouvelle d’autant plus intéressante que, comme l’a précisé le Pr Raoult à nos confrères de France Info, « la chloroquine est sûre et extrêmement bon marché. Elle a déjà été utilisée dans le traitement de nombreuses maladies inflammatoires et bactériennes. (…) Ce médicament avait déjà montré son efficacité sur plusieurs virus (dont le SRAS). »

D’autres médicaments à l’étude

Certains produits connus pourraient eux aussi venir à la rescousse. Plusieurs tests sont actuellement menés, notamment sur le Kaletra, une association de deux antiviraux, le lopinavir et ritonavir, utilisé contre l’infection à VIH. Autre essai conduit cette fois-ci sur le remdesivir, un antiviral testé en 2018 lors de l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo. Les résultats pourraient être connus d’ici le mois de mars.

Destination Santé
Voir les commentaires
Réagir