Justice

Une amende avec sursis pour avoir comparé Macron et Castaner à Saddam Hussein et à Oussama ben Laden

  • Le prévenu dit regretter ces écrits mais des doutes subsistent, du côté du tribunal, sur sa perception exacte de la liberté d'expression.
    Le prévenu dit regretter ces écrits mais des doutes subsistent, du côté du tribunal, sur sa perception exacte de la liberté d'expression. Archives CP / Archives CP
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

En raison du mouvement de grève des avocats contre la réforme des retraites, seule une affaire de diffamation a été jugée, mercredi 26 février, au matin, devant le tribunal judiciaire.  

Les victimes, dans cette affaire, sont la gendarmerie nationale, Christophe Castaner et Emmanuel Macron, comparés respectivement à des "barbares jihadistes", à Oussama ben Laden et à Saddam Hussein sur Facebook les 2 et 4 octobre 2019.

Pour tenter d'expliquer ce qui lui a pris ces jours-là, le prévenu, proche du mouvement des gilets jaunes, évoquera la "colère" : "C'est un tout, expliquera-t-il. Augmentation des tarifs, salaires bloqués, précarité...". Les propos du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, qui a reconnu que les forces de l'ordre comprenaient dans leurs rangs certains "radicalisés" et "fichés S" ont aussi contribué à déclencher cette colère dont parle le prévenu, qui avait décidé de se défendre seul face au tribunal.

Aujourd'hui, il dit regretter ces écrits et affirme s'être excusé auprès des gendarmes qui l'ont auditionné, même si des doutes subsistaient, du côté du tribunal, sur sa perception exacte de la liberté d'expression (et ses abus), encadrée par la loi de 1881.

"L'expression de sa colère dans le cadre du mouvement des gilets jaunes est légitime", a affirmé le procureur de la République Olivier Naboulet, qui rappellera cependant, au cours de son réquisitoire,la "considération que l'on doit à autrui dans toute expression", requérant à l'encontre du prévenu une amende de 1 000 euros totalement assortie du sursis. Il a été suivi dans cette voie par le tribunal.

 

X.B.
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

461 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCEHall d'entrée avec placard pe[...]

360 €

Rodez - proche centre ville et toutes commodités. Appartement de 31 m² tra[...]

118000 €

Situé Boulevard François Fabié, cet appartement de type 2 de 45 m2 environ [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir