"Streetwear is dead": Virgil Abloh s'embourgeoise

  • L'Américain Virgil Abloh s'embourgeoise et fait porter aux femmes tailleurs, talons et robes du soir dans un défilé de sa marque Off-White jeudi à Paris
    L'Américain Virgil Abloh s'embourgeoise et fait porter aux femmes tailleurs, talons et robes du soir dans un défilé de sa marque Off-White jeudi à Paris Anne-Christine POUJOULAT / AFP / Anne-Christine POUJOULAT / AFP
Publié le / Mis à jour le S'abonner

(AFP) - Il a prédit la mort du streetwear et il le prouve: l'Américain Virgil Abloh s'embourgeoise et fait porter aux femmes tailleurs, talons et robes du soir dans un défilé de sa marque Off-White jeudi à Paris.

Au milieu d'un décor symbolique constitué de demi-voitures anciennes découpées et placées verticalement dans une salle de spectacle à Bercy, la mannequin star Bella Hadid ouvre le show en longue robe noire en tulle et avec des volants.

Une tenue parfaitement adaptée pour aller chercher son Oscar avec un twist moderne: une manche est fait en tissu technique d'Arc-Teryx, entreprise canadienne spécialisée dans les vêtements pour les sports de montagnes.

Même principe sur la robe blanche à crinoline portée par sa soeur Gigi Hadid avec une manche bleu.

Encore une robe noire asymétrique fendue d'un côté pour Karlie Kloss, l'une des tops les mieux payées au monde.

Quelques basiques incontournables du streetwear comme le hoodie ou pantalon de camouflage sont mixés dans la collection du prêt-à-porter automne-hiver 2020-2021 avec une jupe longue et ample ou un demi-robe à volants.

La silhouette des tenues de ville se structure et se rétrécit: les pantalons sont longs et étroits, les vestes près du corps, les robes moulantes.

Les classiques tels tailleur pied de poule ou ensemble chemise-jupe au-dessous du genou sont rajeunis avec des accessoires graphiques et clinquants, comme des chaînes en collier ou en ceinture, ou encore des imprimés en forme de taches de peinture. Noir et orange, vert clair et bleu électrique: les couleurs sont mixées par contrastes.

Sur le podium, les baskets, avec le fameux "antivol" rouge, marque de fabrique d'Off-White, qui sont parmi les plus convoitées au monde, sont écrasées par la multitude de sandales, bottines voire cuissardes à talons.

Star des millenials et roi du streetwear du luxe, le designer Virgil Abloh, également créateur des collections homme pour la maison française Louis Vuitton, avait déclaré en décembre que cette tendance allait "mourir".

En janvier, lors de la semaine du prêt-à-porter homme, il s'est employé à revisiter le costume et a poursuivi sur sa lancée dans ce défilé qui s'est achevé sous une pluie de confettis.

- Les "monstres" de Rick Owens -
Un autre styliste américain, Rick Owens, est en revanche resté fidèle à son esthétique post-apocalyptique dans un défilé au son de "Down in the park", du Britannique Gary Numan, à qui il doit, selon lui, sa vision de la mode.

Epaules "monstres", manches trop longues et chaussures hyper hautes à semelle compensée - modèle iconique de Rick Owens - portées sur le podium comme par les invités et le styliste lui-même: le défilé est théâtral et tout est dans l'exagération bien que les proportions soient harmonieuses.

Les robes en cachemire gris, rouge ou noir, asymétriques, coupées d'un côté à la hanche et munies d'une traine de l'autre, sont une pièce-phare de la collection. Elles sont portées sous des manteaux en plastique recyclé et des bottes faites dans la même matière avec des poches zippées.

Les doudounes faites en collaboration Monclear se transforment en capes, légères et majestueuses.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir