Jacques Vaysse, un garagiste qui aime "faire briller les belles mécaniques"

Abonnés
  • Gérant, avec sa sœur Liliane, de Pareloup automobiles, un garage créé à Salles-Curan par leur grand-père, Jacques Vaysse participe, vendredi à Paris, à la finale du « Meilleur artisan de France », dans la catégorie « mécanicien ».
    Gérant, avec sa sœur Liliane, de Pareloup automobiles, un garage créé à Salles-Curan par leur grand-père, Jacques Vaysse participe, vendredi à Paris, à la finale du « Meilleur artisan de France », dans la catégorie « mécanicien ». Centre Presse / Rui Dos Santos / Centre Presse
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Agé de 52 ans, gérant, avec Liliane, une de ses cinq sœurs, de Pareloup automobiles à Salles-Curan, cet amateur de vieilles voitures fait partie des huit finalistes qui concourent, vendredi 6 mars à Paris, pour le titre de "Meilleur artisan de France", organisé par RMC, dans la catégorie "mécanicien".

Jacques Vaysse aime les vieilles… Voitures en l’occurrence ! Sportives ou historiques, elles sont ainsi bichonnées dans un des bâtiments de son garage. Sauf une qu’il veut laisser dans son jus ! Sa plus grande fierté est incontestablement une Mustang de janvier 1968. Elle a pile poil le même âge que lui.

S’il est né à Rodez, ce passionné et collectionneur de belles mécaniques a grandi à Salles-Curan où Damien, son grand-père, avait créé un garage sur le tour de ville. Sous l’impulsion de son père, André, une nouvelle infrastructure est sortie de terre à quelques hectomètres de là. C’est d’ailleurs sous ce toit, après en avoir été salarié, que Jacques Vaysse a pris la gérance, avec Liliane, une de ses cinq sœurs (qui ont longtemps été la base de l’équipe de basket du village), de Pareloup automobiles, SARL née en février 1993. Ce garage, spécialisé en réparations et vente toutes marques, s’appuie aussi sur Laurent, fidèle homme de confiance depuis deux décennies, et Erando, un bac pro en alternance.

Avant de tenir le volant de l’entreprise familiale, ce jeune quinquagénaire, père de deux filles (15 et 18 ans), a toujours fait de la mécanique son moteur : CAP et BEP électro-mécanicien à Rodez, BEP mécanicien auto à Millau, brevet professionnel et brevet des matières à la chambre de métiers et de l’artisanat à Onet-le-Château et, enfin, l’école de metteur au point (essence et diesel) à Albi. Après avoir effectué son service militaire comme mécano, à Castelsarrasin et sur le Larzac – "J’étais le “roi du pétrole” !", reconnaît-il encore aujourd’hui –, Jacques est devenu la troisième génération des Vaysse à œuvrer dans l’entreprise.

Très impliqué à la Fédération nationale de l’automobile, dont il vient d’être élu vice-président dans la nouvelle équipe départementale (et président de la commission carburants), il sera sous les feux de la rampe, vendredi 6 mars, car il a été sélectionné pour participer à la finale du "Meilleur artisan de France", organisé par RMC au Paris Event Center, porte de la Villette. Il va ainsi concourir dans la catégorie "mécanicien", face à sept autres prétendants. Plusieurs exercices de diagnostic injection essence, métrologie ou encore montage électrique font partie des modules à maîtriser. à l’ancienne, sans valise ! Jacques Vaysse est prêt. Il s’est d’ailleurs entraîné avec Gilbert Lemoine, un ancien professeur à la chambre de métiers. Qu’il a d’ailleurs eu quand il était élève ! "Il m’a permis de me remettre dans le bain", se réjouit-il.

Se félicitant aussi de "la mise à disposition des locaux à Onet-le-Château" par la présidente Christine Sahuet et Jacky Brossy. Jacques Vaysse va monter à la capitale pour "vivre une expérience" : "Je suis curieux de nature et impatient donc de goûter à cette nouveauté. Fier également de représenter mon village, mon département et aussi ma profession". Pour ce qui est du résultat, il ne fait pas de pronostic : "C’est du bonus".

Frapper aussi fort qu’en 2019 !

Les années se suivent et se ressemblent pour l’Aveyron. Comme en 2019 pour la première édition, le département comptera, vendredi 6 mars, deux ambassadeurs, qui vont donc concourir pour le titre du « Meilleur artisan de France ». Jacques Vaysse sera en effet accompagné par Jean-Luc Cabirou, lequel remet le couvert puisque le maître artisan carreleur de La Cavalerie, âgé de 60 ans, avait déjà été sélectionné l’an dernier où il avait pris la 5e place. Il reste maintenant à espérer que les années se suivent et se ressemblent vraiment pour l’Aveyron puisque le département avait été sous le feu des projecteurs. Salarié de la SARL Durand à Laissac, Thibaud Zezula, né en septembre 1990 à Lunéville (Meurthe-et-Moselle), avait en effet remporté, porte de la Villette à Paris, devant 900 personnes et à l’issue d’un marathon de sept heures, le concours organisé par RMC dans la catégorie plombier.
 

Rui Dos Santos
Voir les commentaires
Réagir