Coronavirus: craintes des malades atteints d'une maladie respiratoire méconnue, la BPCO

  • Les patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), maladie respiratoire méconnue mais assez courante, sont parmi ceux qui courent le "plus haut risque" dans l'épidémie de coronavirus
    Les patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), maladie respiratoire méconnue mais assez courante, sont parmi ceux qui courent le "plus haut risque" dans l'épidémie de coronavirus baytunc / IStock.com / baytunc / IStock.com
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

(AFP) - Les patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), maladie respiratoire méconnue mais assez courante, sont parmi ceux qui courent le "plus haut risque" dans l'épidémie de coronavirus, s'est alarmée leur association lundi.

"Dans toute épidémie se transmettant par voie respiratoire, les individus à plus haut risque sont (...) les BPCO, dont les plus affectés sont au stade d'insuffisants respiratoires", souligne dans un communiqué France BPCO, l'association qui représente ces patients.

"Arrêtez de parler des vieux, des enfants (quasiment aucun n'est touché, heureusement), des diabétiques, des cardiovasculaires parce que (...) le Covid 19 détruit les poumons et ce n'est pas les asthmatiques non plus qui sont en danger vital, mais bien les 700.000 BPCO au stade sévère que nous sommes et dont personne ne parle", poursuit France BPCO.

Maladie méconnue, la BPCO est due à une inflammation et une obstruction progressive des bronches. Ses symptômes: bronchite chronique (toux grasse pendant plusieurs mois chaque année), bronchites à répétition ou sensation progressive de manque d'air.

"Particulièrement handicapante, elle touche en France entre 5 et 10% des adultes", selon l'agence sanitaire Santé publique France. Elle "ne se guérit pas mais (son) évolution peut être ralentie par l'arrêt du tabac".

France BPCO dit avoir envoyé un courrier au ministre de la Santé Olivier Véran. Elle demande notamment que les services de santé soient sensibilisés au cas des patients atteints de BPCO, et que ces derniers bénéficient des masques les plus protecteurs (dits FFP2), normalement destinés au personnel soignant.

"Les BPCO ne respirent pas mal, ils étouffent déjà en permanence", poursuit l'association, selon qui ces patients sont "près de 4 millions dans ce pays dont 1 seul million est déjà diagnostiqué".

Les différentes études ont montré que dans la majorité des cas, le Covid-19, la maladie causée par le nouveau coronavirus, entraîne des symptômes bénins ou modérés (toux, fièvre, fatigue...). Mais dans les cas les plus graves, les patients peuvent entrer en détresse respiratoire aiguë sévère.

Les personnes âgées ou déjà atteintes d'une autre maladie sont les plus vulnérables.

Selon une étude publiée en 2017 dans la revue The Lancet Respiratory Medicine, la BPCO a fait 3,2 millions de morts dans le monde en 2015.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir