Francis Bayol : "Descendre ne sera pas catastrophique pour LSA"

Abonnés
  • La défaite face à Gaillac, dimanche, est probablement celle de trop pour LSA.
    La défaite face à Gaillac, dimanche, est probablement celle de trop pour LSA. Jean-Louis Bories / Jean-Louis Bories / Jean-Louis Bories
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Après la défaite à domicile face à Gaillac (23-8), dimanche 1er mars, l’entraîneur Richard Pioch et le président Francis Bayol font le point.

Les carottes sont cuites." L’entraîneur Richard Pioch n’attend pas que la descente de LSA soit mathématiquement actée pour prononcer la sentence. Comme lui, plus grand monde ne voit comment son équipe pourrait redresser la situation. Ses concurrents directs, Villefranche-de-Lauragais (+8 points) et Cahors (+4) semblent trop loin, d’autant qu’ils comptent un match à rejouer. En effet, les deux clubs ont porté réclamation lors de rencontres perdues à domicile, respectivement contre Valence-d’Agen et Castelsarrasin.

"Ce n’est pas hier (dimanche) que s’est jouée la saison, même si une victoire aurait pu entretenir l’espoir, explique le tacticien ségali. Pour rivaliser avec la concurrence, il aurait fallu être à 120 % tous les dimanches avec un effectif au complet. Malheureusement, nous avons eu trop de blessés tout au long de la saison." Le groupe était ainsi privé de neuf titulaires possibles, dimanche.

Pioch : "Si on veut encore de moi, je serai présent"

Richard Pioch avance une autre explication : "Cette année, le niveau de la Fédérale 2 a encore augmenté, dit-il. Les départs et arrêts d’anciens en fin de saison dernière n’ont pas arrangé la situation." Mais l’entraîneur ne veut surtout pas jeter la pierre à ses joueurs. "Cependant, la vaillance ne fait pas tout, ajoute-t-il. Au vu de nos résultats de la saison passée, nos adversaires ne nous ont pas pris à la légère." Le coach LSAnais fait également son mea culpa. "Au niveau du staff technique, nous prenons notre part de responsabilité dans l’échec de cette saison."

Mais pas question pour autant de partir. "Si le club s’était maintenu, peut-être aurais-je pu envisager de passer la main mais là, pas question, lance Richard Pioch. Ce n’est pas dans mon état d’esprit de baisser les bras et d’abandonner un groupe qui galère. Si on veut encore de moi, je serai présent."

Quant au président Francis Bayol, même s’il ne s’attendait pas à vivre une saison aussi éprouvante, il reste serein. "Je pense que cela s’est joué à pas grand-chose sur certains matches, en particulier les défaites contre Castelsarrasin, Castelnaudary et même Valence-d’Agen, estime le dirigeant. Ces matches nous plombent la saison. Il nous a manqué un brin de chance."

Tout comme le coach, il ne jette pas la pierre aux joueurs. "Je n’ai aucun reproche à leur faire, assure-t-il. J’avais même parfois un peu pitié de voir que leurs efforts n’étaient pas récompensés." Quant à savoir si une descente en Fédérale 3 serait catastrophique pour le club, Francis Bayol répond sans détour. "Pour moi, ce ne sera pas une déception. Je ne pense pas que cela change grand-chose au niveau du club. Comme tous les ans, il faudra faire face à certains départs et reconstruire derrière. Il est plus motivant de jouer les premiers rôles à l’étage au-dessous que de jouer les derniers là où on est."

Bayol : "Je ne suis pas favorable à un maintien sur tapis vert"

Et surtout, le club du Ségala ne changera pas sa politique et n’ira pas chercher des mercenaires pour se renforcer. "Cela n’a jamais été dans nos gênes et cela ne changera pas, affirme Francis Bayol. Et puis, où aller recruter ? Nous sommes loin de tout et les gens n’ont pas envie de faire plusieurs heures de route pour venir s’entraîner. Bien sûr, si on acceptait d’en prendre comme salarié au club nous pourrions en trouver. Mais nous avons un salarié et cela nous suffit. À côté de cela, nous continuons à nous structurer pour avancer." Le club s’est ainsi doté en début de saison d’une commission emploi, qui devrait permettre aux jeunes de rester et de travailler dans la région.

Si LSA semble être promis à une descente sportive, il reste aussi l’éventualité d’une proposition de maintien sur tapis vert, comme cela s’est déjà produit à plusieurs reprises pour le club ces dernières saisons. " Je ne m’en suis jamais caché, je n’y suis pas franchement favorable, avance le président. Mais comme à LSA nous sommes démocrates, c’est l’ensemble du club qui prendra la décision."

Serge Carrière
Voir les commentaires
Réagir