Les seniors atteints de somnolence diurne auraient 2,5 fois plus de risques de développer une maladie cardiaque

  • Les personnes qui ont déclaré souffrir de somnolence diurne présentaient un risque 2,5 fois plus élevé de développer une maladie cardiaque.
    Les personnes qui ont déclaré souffrir de somnolence diurne présentaient un risque 2,5 fois plus élevé de développer une maladie cardiaque. Wavebreak / Istock.com / Wavebreak / Istock.com
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

(Relaxnews) - Somnoler régulièrement pendant la journée augmente les risques de diabète, de cancer et de maladies cardiovasculaires chez les personnes âgées de plus de 65 ans, selon de nouveaux travaux conduits par des chercheurs américains de l'université de Stanford. 

Piquer du nez au beau milieu de la journée de manière quotidienne ne serait pas sans effet sur la santé des seniors, ont alerté des scientifiques de l'université de Stanford (Etats-Unis), auteurs de travaux qui seront officiellement présentés lors de la 72e réunion annuelle de l'Académie américaine de neurologie qui se déroule du 25 avril au 1er mai à Toronto (Canada).

Leur étude a été réalisée sur une large cohorte de 10.930 Américains, dont 34% âgés de plus de 65 ans. Les chercheurs ont interrogé les participants par téléphone à deux reprises, à trois ans d'intervalle. Lors du premier entretien, 23% des personnes de plus de 65 ans répondaient aux critères de somnolence excessive, contre 24% au cours de la deuxième année.

La somnolence excessive désigne une sensation de fatigue et un besoin irrépressible de dormir tout au long de la journée. Parmi les seniors interrogés dans le cadre de la recherche, 41% ont déclaré que la somnolence était un problème chronique.

Risques accrus de diabète, de tension artérielle et de cancer

La recherche révèle que les personnes ayant déclaré être somnolentes lors du premier entretien téléphonique présentaient un risque 2,3 fois plus élevé de développer un diabète ou de l'hypertension artérielle durant les trois années suivant les déclarations, comparé aux participants qui n'ont pas signalé de somnolence. Les seniors concernés par la somnolence étaient également deux fois plus susceptibles de développer un cancer.

Les personnes qui ont déclaré une somnolence diurne au cours des deux entretiens avaient quant à elles un risque 2,5 fois plus élevé de développer une maladie cardiaque.

"Accorder de l'attention à la somnolence chez les personnes âgées pourrait aider les médecins à prévenir la survenue de problèmes de santé", considère l'auteur principal de l'étude, Maurice M. Ohayon, professeur à l'université de Stanford et membre de l'Académie américaine de neurologie.

Les données récoltées dans le cadre de cette étude reposent toutefois essentiellement sur la mémoire des participants, ce qui nécessite à l'avenir des recherches plus approfondies avec des données plus objectives, par exemple en évaluant la durée et la qualité du sommeil des patients dans un cadre clinique.

En 2009, une recherche parue dans Stroke et dirigée par des scientifiques de l'Inserm soulignait déjà un risque 2,5 fois plus élevé de développer une maladie cardiaque chez les plus de 65 ans concernés par une somnolence diurne excessive et régulière. 

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir