Cross-country : la malédiction de Frédéric Raimond

Abonnés
  • Frédéric Raimond s’était qualifié pour la finale du championnat de France 		de cross-country.
    Frédéric Raimond s’était qualifié pour la finale du championnat de France de cross-country. repro cpa / repro cpa
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Le Ruthénois fera-t-il une finale de championnat de France de cross-country ? La question peut se poser car, après deux échecs, celui qui était enfin arrivé à se qualifier cette année ne pourra pas y participer. La finale vient d’être annulée pour cause d’épidémie de coronavirus.

Le temps semble ne pas avoir de prise sur Frédéric Raimond : physique de jeune homme et affûté comme un couteau ! Pourtant, c’est bel et bien dans la catégorie Masters (athlètes de plus de quarante ans) qu’il devait participer aux championnats de France de cross ce week-end.

L’événement n’aura finalement pas lieu : l’épidémie de coronavirus est passée par là. Rageant… D’autant plus que, cette année, contrairement aux précédentes éditions, l’épreuve ne devait pas se dérouler dans des contrées plus septentrionales mais bel et bien à Montauban, soit "aux portes de la maison" pour le sociétaire du Stade Rodez athlétisme (SRA).

Né en 1976, il est ce que l’on pourrait appeler un "expatrié". Originaire du Nord-Pas-de-Calais, Frédéric Raimond a posé ses valises à Rodez fin 2016 pour des raisons professionnelles. En effet, il occupe un poste de responsable RH à la Société Fromagère de Rodez. Dans la foulée de son arrivée sur le piton, il a pris une licence au SRA. Les raisons ont été multiples. "Le SRA constitue une structure intéressante avec de bonnes infrastructures telles que la piste Henri Méravilles de Vabre, rénovée récemment. La présence d’entraîneurs diplômés est également un atout fort et un gage de progrès à moyen et long termes." Attention cependant ! Frédéric Raimond est loin d’être un novice.

"Je prends cette annulation avec un certain recul"

Ayant débuté une carrière sportive dans sa région d’origine en taquinant le ballon rond jusqu’à ses 20 ans, il a pris goût à la course à pied durant… son service national ! C’est donc après avoir accompli son devoir civique qu’il s’est définitivement orienté vers l’effort pédestre solitaire. Ayant rejoint la région vosgienne, il a définitivement franchi le pas d’une pratique plus experte et rejoint les rangs de l’Athlétic Vosges, club basé à Gérardmer et Épinal. Il s’est ainsi spécialisé dans la course hors-stade, avec une préférence pour les parcours nature ou trail. C’est aussi à cette époque qu’il a obtenu une première qualification pour les France de cross. C’était en 2016 au Mans…

Il revenait donc avec un plaisir non dissimulé pour participer à l’événement 2020. Et pour cause ! En 2018, il avait échoué à se qualifier pour une place seulement et en 2019 pour deux… C’était sans compter sur cette annulation due à des raisons extra-sportives. De quoi rendre philosophe le bonhomme. "Je prends cette annulation avec un certain recul, même si je suis évidemment déçu de ne pas aboutir au terme d’un parcours ultra-sélectif. Je m’y suis préparé depuis plusieurs semaines, même si ma place aurait été peu importante, au final. D’un point de vue plus général, j’ai une pensée pour les organisateurs qui ont investi du temps et des moyens."

À vrai dire, Frédéric Raimond, à l’instar d’autres athlètes spécialistes d’asphalte, intègre la saison de cross comme base de préparation foncière pour les échéances printanières sur route. C’est ainsi qu’il souhaite faire fructifier cette belle saison dans les labours, il est champion d’Aveyron en titre dans la catégorie Master, pour aller chercher des références chronométriques intéressantes sur 10 kilomètres route. "Je voudrais me rapprocher des 34 minutes, voire tenter d’approcher ma meilleure marque sur la distance : 33’ 40”. Je vise également une nouvelle participation au championnat de France d’Ekiden avec mes collègues du club pour tenter d’améliorer encore notre record de l’Aveyron établi en 2018 à Paris."

De façon générale, Frédéric Raimond se donne les moyens d’atteindre ses objectifs puisqu’il s’astreint à réaliser cinq à six séances d’entraînement par semaine, bien souvent avant d’attaquer sa journée de travail. Grâce à cette préparation, il a su faire honneur à ses couleurs sang et or, lui qui remonte encore régulièrement dans sa région d’origine. " La culture course à pied dans le Nord est plutôt orientée vers la piste et les épreuves courtes et rapides sur route. Aussi, dès que l’occasion se présente, je participe aux courses locales. J’ai d’ailleurs eu l’occasion d’y croiser Jimmy Gressier (recordman de France du 10 km route et nouveau crack français de la course à pied, NDLR), même si je ne l’ai pas suivi longtemps ! (rires) "

Au vu de sa persévérance, il ne fait aucun doute que Frédéric Raimond saura faire ce qu’il faut pour revenir se frotter aux meilleurs crossmen, en Occitanie ou ailleurs…

Romain Fayel
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

791 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE T4 Grande entrée, cuisine a[...]

262 €

LOCATION SANS FRAIS D AGENCE Pièce principale avec coin kitchenette (placar[...]

365 €

Idéal pour étudiant, secteur proche de l'IUT et du lycée Monteil. Venez déc[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir