L'intégrale des "chroniques du 87e district" rééditée en français

  • Les "Chroniques du 87e district", la palpitante saga imaginée par l'Américain Ed McBain (1926-2005), bénéficie d'une réédition intégrale en français
    Les "Chroniques du 87e district", la palpitante saga imaginée par l'Américain Ed McBain (1926-2005), bénéficie d'une réédition intégrale en français Courtesy of Omnibus Editions / Courtesy of Omnibus Editions
Publié le / Mis à jour le S'abonner

(AFP) - Justement considérées comme l'un des monuments de la littérature policière, les "Chroniques du 87e district", la palpitante saga imaginée par l'Américain Ed McBain (1926-2005), bénéficie d'une réédition intégrale en français.

"Pour moi, McBain et les +Chroniques du 87e district+ c'est Balzac et sa +Comédie humaine+", soutient Jacques Baudou, qui signe la préface de cette intégrale publiée en neuf volumes (d'environ 900 pages chacun, 28 euros l'unité) chez Omnibus.

Les trois derniers tomes (la saga rassemble 53 titres) sont attendus en librairie le 12 mars. Le 9e et dernier tome est complété par un incroyable dictionnaire (signé Jacques Baudou) recensant sur plus de 300 pages tous les personnages qui hantent la série.

Une première intégrale (déjà chez Omnibus) était parue à la fin des années 1990 mais était depuis longtemps épuisée. Les romans de McBain publiés dès les années 1950 dans la Série Noire étaient souvent expurgés pour convenir au format calibré de cette collection.

Les traductions ont été revues pour cette édition et les coupes effectuées dans les éditions françaises d'origine ont enfin disparu.

L'originalité du 87e district ("87th Precinct" en anglais) est de ne pas mettre en vedette un seul héros mais tout un commissariat. Ce "héros collectif" s'incarne dans une douzaine d'inspecteurs (Steve Carella, Bert Kling, Meyer Meyer, Arthur Brown...) avec chacun leurs qualités et leurs défauts. On suit leurs enquêtes, mais aussi les aléas de leur vie privée.

En lisant les Chroniques du 87e district, on découvre en fait un demi-siècle de l'histoire des Etats-Unis.

Ed McBain (né Salvatore Lombino avant d'adopter légalement le nom d'Evan Hunter) a commencé sa série en 1956. Elle l'occupera jusqu'à sa mort en juillet 2005.

Les aventures des policiers du 87e district se déroule dans la ville imaginaire d'Isola, qui ressemble beaucoup à New York, "une métaphore de l'Amérique d'aujourd'hui", affirme Jacques Baudou.

- Le Simenon américain -

Pas question ici de détectives aux intuitions géniales (type Sherlock Holmes ou Hercule Poirot) ni de durs à cuire (comme le Sam Spade de Dashiell Hammett ou le Philip Marlowe de Raymond Chandler). Plus prosaïquement, le lecteur est invité à suivre le travail quotidien, parfois fastidieux, d'inspecteurs de terrain.

Ed McBain a été l'inventeur du "polar procédural" ce genre - popularisé aujourd'hui par les séries télévisées comme "New York Police Blues" -, qui montre le travail de la police "de l'intérieur".

Au fil des romans (qui sont publiés dans leur ordre chronologique), on remarque l'évolution des techniques policières (scènes de crime, ADN...) et du monde du crime (les tueurs en série supplantent bientôt les gangs...).

On peut parfois songer au Maigret de Simenon en lisant les Chroniques du 87e district.

Les deux auteurs ont d'ailleurs de nombreux points communs. Comme le romancier belge, Ed McBain qui signait également sous les pseudonymes de Richard Marsten ou Hunt Collins, a passé sa vie à écrire.

Il a publié au total plus d'une centaine de livres. On lui doit aussi l'écriture de nombreux scénarios dont celui des "Oiseaux" (d'après le roman de Daphne du Maurier) d'Alfred Hitchcock et de plusieurs épisodes de la série "Columbo".

Plusieurs de ses oeuvres ont été adaptées au cinéma par des réalisateurs comme le Japonais Akira Kurosawa ou encore Claude Chabrol.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir