Italie: les règles à respecter au temps de la quarantaine

  • Les magasins sont ouverts mais doivent faire respecter la distance de sécurité. Les centres commerciaux et les marchés doivent fermer le week-end, mais pas les pharmacies et magasins d'alimentation, même si eux aussi doivent faire respecter la distanc
    Les magasins sont ouverts mais doivent faire respecter la distance de sécurité. Les centres commerciaux et les marchés doivent fermer le week-end, mais pas les pharmacies et magasins d'alimentation, même si eux aussi doivent faire respecter la distanc TommL / IStock.com / TommL / IStock.com
Publié le / Mis à jour le S'abonner

(AFP) - La quarantaine imposée dimanche par le gouvernement italien jusqu'au 3 avril dans une large portion du nord de la péninsule bouleverse la vie quotidienne de 15 millions d'Italiens. En voici les principales répercussions:


Les déplacements

Personne ne peut entrer ou sortir de la zone placée en quarantaine pour aucun motif que ce soit. Les personnes qui se trouvaient en dehors de la zone concernée au moment de l'entrée en vigueur du décret peuvent regagner leur domicile. Les non-résidents, dont les touristes, peuvent quitter la zone.

A l'intérieur de la zone de quarantaine, les déplacements doivent être limités.

Les forces de l'ordre peuvent demander à toute personne effectuant un déplacement d'en justifier le motif, avec par exemple un certificat médical ou une lettre de son employeur.

Pas de limitations particulières dans les transports publics, si ce n'est de respecter la distance de sécurité d'au moins un mètre.

Fermetures des lieux publics

Les musées, salles de sports, piscines, discothèques, salles de jeux et pubs doivent rester fermés.

Les bars et restaurants peuvent rester ouverts à condition de respecter la distance de sécurité, sinon ils doivent fermer.

Accès aux commerces

Les magasins sont ouverts mais doivent faire respecter la distance de sécurité. Les centres commerciaux et les marchés doivent fermer le week-end, mais pas les pharmacies et magasins d'alimentation, même si eux aussi doivent faire respecter la distance de sécurité.

Sanctions

En cas de non-respect des règles édictées par le décret gouvernemental, les forces de l'ordre peuvent arrêter le contrevenant, qui encourt jusqu'à trois mois d'emprisonnement ou une amende allant jusqu'à 206 euros.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir