Coronavirus : dans l'Aveyron, les organisateurs de manifestations dans l’expectative

Abonnés
  • Les Bœufs gras de Laguiole (ici, l’an passé), font partie des événements concernés.
    Les Bœufs gras de Laguiole (ici, l’an passé), font partie des événements concernés. Repro CPA / Repro CPA
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

La décision du Gouvernement d’interdire, dans la majeure partie des cas, les rassemblements de plus de 1000 personnes, plonge nombre d’organisateurs dans l’incertitude. On fait le point.

La lutte contre la propagation du coronavirus a pris un tour nouveau. Dimanche 8 mars, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a interdit à l’échelle nationale, tout rassemblement de plus de 1000 personnes, tout en demandant aux préfets de faire remonter une liste d’événements considérés comme utiles à la vie de la nation. Une mesure qui court, pour l’heure, jusqu’au 15 avril. Les domaines du sport, de la culture et de l’agriculture sont touchés par cette mesure.

Spectacle et événement

Le festival Zicabazac, à Sébazac-Concourès, prévu mi – avril, est ainsi concerné. Mais lundi 9 mars, les organisateurs attendaient les informations précises de la préfecture avant de prendre une quelconque décision. Décision qui devrait être prise en fin de semaine. Idem pour le Salon du chocolat de Villefranche-de-Rouergue, prévu les 28 et 29 mars, pour lequel les organisateurs prendront une décision dans le courant de la semaine. Du côté de la salle de l’Amphithéâtre de Rodez, c’est la soirée année 80, prévue toutefois à la fin du mois d’avril qui pourrait être touchée si la mesure perdure.

Foires agricoles

Cette mesure touche également le secteur agricole. C’est en effet la période des "bœufs". Des décisions ont d’ores et déjà été prises pour la fête des bœufs gras, à Laguiole, les 21 et 22 mars (lire par ailleurs). Pour les bœufs de Pâques à Baraqueville les 27 et 28 mars, les organisateurs devaient se réunir hier soir, envisager différents scénarios, notamment le maintien de la vente aux enchères le vendredi après-midi.. "Qui nous dit que d’ici là, la barre ne sera pas abaissée à 500 personnes ", craint Jacky Sérieys. Ce qui souligne si besoin l’incertitude qui plane aujourd’hui autour des différents évènements. De même, se pose la question des foires et marchés…

Salons

La Région Occitanie a décidé, hier, du report de l’ensemble des salons TAF (Travail Avenir Formation) qui devaient être organisés en Occitanie ces prochains jours. Celui de Rodez était programmé le 1er avril.

En attendant, du côté de la préfecture de l’Aveyron, on s’active ces heures-ci pour dresser un état des lieux des événements concernés. Des décisions devraient être prises dans les jours qui viennent.

Municipales

Le premier et le deuxième tour des élections municipales sont prévus les 15 et 22 mars. Et maintenus. Mais des précautions sont demandées aux municipalités. Comme celle de rappeler, par le biais d’affichettes dans les bureaux de vote, l’attitude à adopter afin d’éviter la transmission du virus (ne pas se faire la bise, ne pas se serrer la main, éternuer dans son coude…). L’attente des électeurs devra également être gérée afin d’éviter "les situations de promiscuité prolongée" comme l’a demandé le Premier ministre.

Les rendez-vous sportifs du département largement impactés

Lundi 9 mars, il était encore difficile d’y voir clair au sujet de la tenue (ou non) de différentes manifestations sportives aveyronnaises entrant dans le cadre des « rassemblements de plus de 1 000 personnes », la préfecture poursuivant son travail d’investigation avant d’établir la fameuse liste demandée par le ministère.
Premier rendez-vous à être touché de plein fouet : le Rodez - Clermont de ce vendredi lors de la 29e journée de Ligue 2. Le stade Paul-Lignon pouvant contenir quelque 4 500 personnes, la question se pose évidemment. Le président du Raf Pierre-Olivier Murat a ainsi « une réunion prévue en préfecture ce mercredi à 16 h », nous a-t-il indiqué lundi soir. Tout porte donc à croire que le huis clos ou l’abaissement de la jauge à 1 000 personnes sera acté ce jour-là par les services de l’état, seuls compétents en pareil cas pour trancher.

Paul-Lignon : huis clos  ou jauge abaissée ?

« Difficile d’en dire plus car on ne sait pas à l’heure actuelle ce qu’il est véritablement possible de faire », continue le dirigeant ruthénois. Un souhait malgré tout entre les deux options ? « Il vaut mieux avoir 1 000 personnes au stade qu’aucune, c’est une évidence, mais bon… » Une préférence partagée par Stéphane Floirac, son alter ego du rugby, et dont les protégés doivent disputer leur dernier match de phase régulière de PH face à l’Aviron Castrais dimanche 22 mars : « On a fait une demande avec une jauge public réduite à 850. On avait une contrainte en plus à gérer avec la mairie et le commissariat, car le match se joue lors du 2e tour des élections municipales (proximité stade - salle de vote, NDLR).  » De son côté le Raf a également fait savoir hier qu’il « suspendait sa billetterie en ligne pour la rencontre Raf - Clermont pour le moment. »

Roc laissagais et course du Viaduc en attente

D’autres manifestations ont des problématiques bien différentes. Car le seuil des 1 000 personnes mobilise dans ce cas des participants et non du public. Comme le Roc laissagais, l’épreuve de VTT marathon courue dans la forêt des Palanges au départ et à l’arrivée de Laissac, les 4 et 5 avril prochains. « On attend environ 1 500 participants sur le week-end, et non pas sur un jour, tempère Pierre Boyer, l’organisateur en chef. Après, on a eu des recommandations de la FFC et on va peut-être annuler certaines épreuves. Les épreuves de compétition auront lieu, mais les randonnées peuvent être annulées. La tenue de la rando gastro est compromise. On pourrait aussi faire des ajustements sur les spectacles destinés au public (dirt, trial…) et les cérémonies protocolaires. Pour l’instant, on n’a pas eu de nouvelles de la préfecture. On espère en avoir rapidement, et pas une semaine avant l’évènement, parce qu’on a beaucoup de frais en cours, des commandes à effectuer… Mais quoi qu’il arrive, on va perdre de l’argent. »
Pour Emmanuel Cachot, boss de la Course du Viaduc de Millau qui réunit plusieurs milliers de coureurs à pied tous les deux ans, « si l’interdiction se prolonge, on travaillera sur un report, parce que l’épreuve ne sera pas annulée ». « Mais actuellement, on ne sait pas du tout à quelle date on pourra la reporter, si on doit le faire, car il nous faut déjà l’autorisation de l’État pour fermer l’autoroute. »

A.P. et V.N..

 

Ph.R.
Voir les commentaires
Réagir