Course à pied : entretien avec Nicolas Cantagrel, inventeur de l'Ekiptrail

  • Nicolas Cantagrel est, notamment,  l’inventeur de l’Ekiptrail.
    Nicolas Cantagrel est, notamment, l’inventeur de l’Ekiptrail. Centre Presse / Guillaume Verdu / Centre Presse
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Nicolas Cantagrel a des idées plein la tête pour la course à pied. Il a longtemps fait parler la poudre en tant que coureur mais aujourd’hui, c’est en tant qu’organisateur qu’il performe. Entretien avec celui qui a fait naître des courses originales.

Quel est votre parcours sportif ?

J’ai débuté le foot à 18 ans en entrant en Staps. J’ai joué en Promotion d’Honneur pendant huit ans environ en mixant avec la course à pied. Les deux activités étant difficilement conciliables, mon choix s’est porté vers la course. En 2000, je me suis lancé un premier défi assez dingue : faire les 100 km de Millau en n’ayant guère couru que sur 10 km auparavant ! À l’époque déjà, je me disais : pourquoi ne pas tenter des choses originales et laisser libre cours à mes envies ?

Quel est le résultat dont vous êtes le plus fier ?

Pour la surprise que ce résultat m’a procurée et le niveau de l’épreuve, je dirais ma deuxième place en cross court lors d’un championnat interrégional à Périgueux en 2009.

Vous vous êtes rapidement intéressés à l’organisation de courses, pourquoi ?

J’ai débuté assez jeune, c’est vrai. Au sein du club de La Primaube, j’ai fait partie de l’équipe qui organisait La Tournée du Facteur au début des années 2000. Par la suite, j’ai organisé un « Speed Cross ».Une épreuve qui sortait déjà des sentiers battus. Cela consistait à jalonner un parcours fermé de divers obstacles : bottes de foin, troncs d’arbre… Rien à voir avec un Mud Day (une course à obstacles de 13 kilomètres NDLR), cependant ça courrait très, très vite ! J’avais pu faire venir des coureurs de grand talent, attirés par le concept ! Des tours successifs devaient être réalisés avec un système de points attribués à l’issue de chaque boucle, des quarts de finale, des demies…

Dites-nous comment vous sont venues vos idées les plus originales telles que l’Ekiptrail et les Vagues du Dourdou inscrites au calendrier des courses aveyronnaises pour 2020 ?

La clé réside avant tout dans la curiosité dont j’essaie de faire preuve. Pour ces deux courses, j’avais envie de me démarquer de ce qui existait déjà dans le paysage aveyronnais. Les « Vagues du Dourdou » sont nées d’un échange avec un couple d’Américains. Ils m’avaient fait part de l’existence d’une course folle près de San Francisco, un contre-la-montre où les coureurs s’élançaient avec un handicap de temps basé sur l’âge ! Résultat : des lauréats sont parfois âgés de plus de 60 ans ! J’ai donc naturellement décidé d’adapter le concept et de l’importer.
Pour l’Ekiptrail, dont l’édition 2020 aura lieu le 5 avril prochain, cela est avant tout dû au fait que nous avons aménagé à Bezonnes avec ma femme Virginie. Il y a des chemins dans tous les sens ! Du coup, l’idée d’un tracé en étoile m’est venue. Ne restait plus qu’à y greffer un fonctionnement en relais, dispositif particulièrement motivant. L’organisation de l’événement a rapidement fédéré une soixantaine de bénévoles qui restent fidèles, d’année en année. Nous sommes, à chaque fois, très heureux de nous retrouver avec l’objectif de proposer aux coureurs, non seulement de beaux tracés, mais aussi un moment convivial. Nous en sommes aujourd’hui (dimanche 8 mars NDLR) à 250 inscrits. Cela devrait à nouveau, je l’espère, être une belle réussite. À moins que l’actualité sanitaire ne nous rattrape…

À ce propos, quelles sont les perspectives au regard de l’épidémie de coronavirus ?

Pour le moment, nous n’avons aucune nouvelle sur ce point. Nous nous plaçons donc dans la perspective d’un déroulement normal. Si une annulation devait malgré tout tomber, nous nous plierions aux décisions malgré la déception. Des priorités existent et la gestion de l’épidémie l’emporte sur toute autre considération.

Continuez-vous à cogiter sur de nouvelles idées de courses ?

Depuis quelque temps, je prends part à une nouvelle pratique qui fait fureur, notamment dans le Millavois. Le principe est de parcourir, de façon libre, des portions de l’Espace Trail et de partager, via l’application Strava, ses chronos.

Pourriez-vous nous livrer un scoop pour finir ?

Il y en aura bien un dans très peu de temps mais je préfère ménager le suspens… (rires) Pour vous appâter, je peux d’ores et déjà dire qu’il s’agit de trail dans le secteur Comtal, Lot, Truyère…

Correspondant
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodelle

339000 €

RODELLE - A l'abri des regards, cette maison T6 de 2011 d’approche écologiq[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodelle
Réagir