Rodez : veillée d’armes avant le premier tour

  • « Notre parti, c’est Rodez » (Christian Teyssèdre).
    « Notre parti, c’est Rodez » (Christian Teyssèdre). Repro CPA
  • « Rodez Citoyen » (Matthieu Lebrun).
    « Rodez Citoyen » (Matthieu Lebrun). Repro CPA
  • « Rodez Ensemble Autrement » (Serge Julien).
    « Rodez Ensemble Autrement » (Serge Julien). Repro CPA
  • « Rodez, un projet de ville » (Jean-Philippe Murat).
    « Rodez, un projet de ville » (Jean-Philippe Murat). Repro CPA
Publié le

En début de semaine, les quatre listes ont avancé leurs derniers pions avant le verdict du premier tour, dimanche soir.

Vivement dimanche". à quelques jours du premier tour, l’impatience, mêlée à un brin de lassitude, se fait ressentir chez tous les candidats en course pour le fauteuil de maire. Mais avant la vérité des urnes, chacun a fourbi ses dernières armes, dans un ultime coup de reins plus nécessaire qu’indispensable… "Les gens ont déjà fait leur choix", ont d’ailleurs avancé plusieurs candidats et colistiers, lors d’un dernier bal de conférences de presse.

Christian Teyssèdre met en avant les "bonnes finances"

Un bal lancé par Christian Teyssèdre, mardi au Broussy, là même où depuis plusieurs mois le candidat avance ses propositions, aux côtés de ses colistiers. Plutôt détendu, celui qui brigue un troisième mandat avait fait le choix de ménager ses adversaires. "Même si cette campagne a été rythmée par des mensonges et de l’amateurisme, je souhaite laisser le scrutin se dérouler dans le calme", a-t-il soufflé.

Comme lors de son meeting, la semaine passée, Christian Teyssèdre s’est longuement attardé sur l’économie, "grande absente de la campagne alors que c’est la clé de tout", et sur la belle santé financière de la Ville. "C’est grâce à notre gestion depuis 12 ans qu’on pourra réaliser tous nos projets et très rapidement", a-t-il assuré, avant de finir néanmoins sur un petit "tacle" : "Je crois que nos concurrents sont jaloux de voir Rodez classé premier partout : là où il fait le mieux vivre en Occitanie, en termes de dette, d’investissement…"

Rodez Citoyen, "démêler le vrai du faux"

Au Faubourg, dans le local de la liste Rodez Citoyen, l’heure n’était pas encore à un semblant trêve. Matthieu Lebrun et ses colistiers ont, en effet, présenté un tract intitulé "démêlons le vrai du faux". Ce dernier, qui remet en cause plusieurs affirmations du maire sortant durant cette campagne, a été distribué dans plusieurs boîtes à lettres et sur le marché ce mercredi.

N’est-ce pas un peu trop tard ? "Le programme du candidat Teyssèdre est une tromperie. Et je ne parle pas de la bassesse des attaques durant toute cette campagne, c’est indigne d’une personne décorée de la Légion d’Honneur", ne décolère pas Matthieu Lebrun. Très en verve en cette fin de campagne, il a également dénoncé une "gestion comptable de l’éducation, au détriment des écoliers", "des projets, tels que le parc des expositions ou encore Bourran II, ne prenant pas en compte l’urgence écologique" et une "politique du visible, sans prendre en compte les problèmes du quotidien".

Serge Julien, "seul contre trois listes de gauche"

De son côté, dans son local de campagne, rue Marie, Serge Julien s’est, lui, concentré sur son positionnement politique. Et à lui d’affirmer : "Je suis le seul candidat de droite face à trois listes de gauche : une socialo-macroniste, une autre qui assume son positionnement et une dernière de centre-gauche. C’est l’heure du changement, pour éviter de refaire les mêmes erreurs du passé dont la dernière illustration fut le soi-disant écoquartier de Combarel !" L’introduction faite, le candidat a ensuite rappelé ses priorités dans cette campagne : la sécurité et la propreté. "Ce sera notre priorité car quoi qu’en dise le maire, il y a un réel problème sur ces points-là à Rodez. Il faut en finir avec le laxisme ambiant !". L’électorat de droite, dont on connaît l’attachement à ces sujets, devrait apprécier.

Jean-Philippe Murat, déjà dans l’après

Pour Jean-Philippe Murat, invité surprise de cette campagne, l’heure n’est plus à batailler. En début de semaine, le candidat s’est déjà projeté aux "commandes" de la ville et a présenté, selon une formule célèbre, les mesures à prendre dans les 100 premiers jours du futur mandat : renforcement de la police municipale, création d’une bibliothèque étudiante, d’un city-stade et d’un skatepark à Combarel, distribution de bons d’achat, de l’ordre de 30 à 40 €, aux familles pour les fournitures scolaires, participation financière également aux licences sportives et culturelles, création d’un site internet pour l’emploi sur l’Agglo, primes à destination des entrepreneurs pour tout emploi "durable" d’un jeune diplômé… "Et on tiendra tous nos engagements", assure-t-il. Avant de refermer le chapitre d’une campagne, lancée il y a près de six mois.

Prochain volet : les enjeux du premier tour

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

359 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE- T2 en coeur de ville. Entré[...]

495 €

APPARTEMENT SITUE RUE VIEUSSENS PROCHE MULTIPLEX DANS RESIDENCE CALME ET EN[...]

266 €

SECTEUR I.U.T : Appartement de type T1 bis composée d'une pièce principale [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir