Aveyron : les médecins généralistes se préparent à "l’arrivée de la vague"

  • Les praticiens aussi doivent s’adapter à la progression de la pandémie de coronavirus.
    Les praticiens aussi doivent s’adapter à la progression de la pandémie de coronavirus. ML / CLAUDE BOYER / ML
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Plusieurs mesures ont été prises par l’Ordre des médecins en Aveyron afin de combattre au mieux la pandémie de coronavirus.

La pandémie de coronavirus suscite les mêmes craintes chez les médecins généralistes qu’à l’hôpital : un afflux important du nombre de patients dans les cabinets lors des prochaines semaines, avec risque de saturation.

"Pour l’instant, nous vivons un calme, ou un faux calme, avant la tempête. La vague est en train d’arriver et il faudra être prêt quand elle sera là", avance Alain Vieillescazes, président du Conseil départemental de l’Ordre des médecins de l’Aveyron. " Selon les experts, il faut qu’on soit capable de tenir sur une durée de huit à douze semaines", ajoute-t-il. Plusieurs mesures ont été prises à cet effet, à commencer par "une bonne coordination entre la médecine de ville et la médecine hospitalière", assure-t-il.

Les retraités et les internes en renfort

Au niveau des huit Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) de Rodez, un médecin régulateur est nommé chaque jour, depuis hier. "Sa présence doit permettre de décharger la médecine de ville", indique le docteur Alain Vieillescazes.

Ce rôle peut être tenu par des médecins à la retraite, auxquels l’Ordre fait appel pour renforcer les effectifs. La réserve sanitaire permet de mobiliser des praticiens qui se sont retirés depuis peu. "Les médecins à la retraite depuis moins de cinq ans peuvent s’inscrire de manière volontaire, précise le docteur Jean-Paul Delon, qui exerçait à Villefranche-de-Rouergue. J’ai été chargé de contacter les jeunes retraités pour les inciter à s’inscrire." Selon lui, "quelques dizaines" de retraités ont repris du service dans le département, pour effectuer "de la régulation par téléphone".

À l’image des anciens, les jeunes aussi sont mobilisés. "Les internes sont libérés de leurs formations, car les universités sont fermées. Cela nous permet de les avoir à temps plein dans les cabinets", apprécie le président du conseil départemental de l’Ordre des médecins.

Toujours dans l’idée d’étoffer les effectifs, les médecins remplaçants sont aussi réquisitionnés à temps plein. "J’ai signé des autorisations d’exercice, afin qu’ils puissent travailler immédiatement et renforcer les équipes en place", prévient Alain Vieillescazes.

Renouvellement d’ordonnance chez le pharmacien

Par ailleurs, certaines tâches dévolues aux médecins de ville vont exceptionnellement pouvoir être accomplies par d’autres professionnels de santé. Ainsi, les patients atteints de maladie chronique n’auront plus besoin d’aller voir leur médecin traitant pour renouveler leurs ordonnances. "Cela se fera par le pharmacien, jusqu’au 31 mai 2020, dit-il. Le renouvellement est valable même si l’ordonnance est périmée. Tout cela doit permettre d’éviter l’encombrement des cabinets."

Repenser la salle d’attente

En dehors des moyens humains, les cabinets sont un autre enjeu des mesures de précaution. Il faut en effet réorganiser ce lieu, et notamment la salle d’attente, pour être en conformité avec les recommandations préconisées, à commencer par la distance de sécurité d’un mètre. "Charge aux médecins de s’organiser pour ne pas que se mélangent les patients susceptibles d’être contaminés avec ceux qui viennent pour un autre problème de la vie courante, indique Alain Vieillescazes. Dans les maisons de santé, par exemple, on peut mettre en place des salles d’attente différenciées." Mais cela n’est pas réalisable partout. "Il y a d’autres mesures possibles, ajoute Véronique Garin, secrétaire de la section aveyronnaise du syndicat de médecins MG. On peut mettre en place un flux en sens unique, ou établir des horaires spécifiques aux patients potentiellement atteints de coronavirus."

L’ensemble de ces mesures souligne le caractère exceptionnel de la crise sanitaire que traverse le pays. "Je suis confiant dans le professionnalisme de l’ensemble des médecins, positive Alain Vieillescazes. Cela ne veut pas dire qu’il y a une sous-estimation de la situation, mais je vois que dans le Ruthénois, le Millavois et le Decazevillois, une bonne coordination se met en place. Les médecins sont prêts à unir leurs efforts."

Guillaume Verdu
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

252 €

STUDIO PROCHE IUT - LYCEE MONTEIL - 2EME ETAGE - DIRECTION LA ROQUE ,CUISIN[...]

615 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE Un sas d'entrée (avec un dég[...]

240 €

Studio Rodez dernier étage sans ascenseur, situé en haut de la rue du 11 no[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir