Coronavirus

Maintien des marchés de plein air : la Confédération paysanne en appelle aux maires

  • Le syndicat formule plusieurs propositions, élaborées avec la Fédération des marchés de France, pour garantir les règles de sécurité.
    Le syndicat formule plusieurs propositions, élaborées avec la Fédération des marchés de France, pour garantir les règles de sécurité. CP / CP
Publié le / Modifié le S'abonner

Après, hier, le syndicat des commerçants non-sédentaires, c'est au tour de la Confédération paysanne de faire entendre sa position en lançant un appel aux élus à œuvrer pour le maintien des marchés ouverts.

"Pour beaucoup de paysans, la commercialisation directe est la seule solution de commercialisation. Pour beaucoup d’habitants, le marché de plein air est la seule solution de consommation de produits frais. En cela le maintien des marchés est essentiel à la survie de tous"

À son tour et dans le prolongement de l'annonce faite par Edouard Philippe lundi de la suspension des marchés de plein air, la Confédération paysanne de l'Aveyron est sortie du bois pour exhorter les maires à actionner le seul levier restant afin de permettre la tenue des marchés, au nombre, pour rappel, d'une quarantaine chaque semaine dans l'Aveyron.

"Si les marchés alimentaires devaient tous fermer, les producteurs se trouveraient sans circuit de commercialisation. Il ne resterait plus que la grande distribution qui concentrerait l’offre, ce qui risque de provoquer des goulets d’étranglements devant les magasins, d’augmenter la tension ressentie par les personnels, de générer des déplacements supplémentaires pour la population tout en faisant peser un risque sur l’approvisionnement en produits frais des Français", affirme le syndicat, qui formule plusieurs propositions, élaborées avec la Fédération des marchés de France, pour garantir les règles de sécurité.

La Confédération paysanne suggère ainsi notamment de limiter le nombre de stand en réservant les marchés aux producteurs et productrices locaux pour limiter le nombre de personnes et de déplacements ; d'espacer les stands de 3 à 5 mètres, même si cela nécessite d’agrandir le lieu habituel de tenue du marché ; d'organiser des files d'attente par la matérialisation de la distance obligatoire d'1 mètre minimum entre les clients (cônes tous les mètres, matérialisation au sol de repères tous les mètres, cageots debout tous les mètres …).

"Nous souhaitons donc encourager les maires de l’Aveyron à demander à la Préfecture une dérogation pour permettre la tenue de marchés", souligne la Conf', qui rappelle par ailleurs que les maires, au titre de leur compétence de santé publique et afin d’assurer la qualité sanitaire du marché face à la propagation de l’épidémie, peuvent "sanctionner immédiatement le commerçant ne respectant pas les mesures barrières".

C'est la préfecture, aux côtés des mairies, qui se chargera d'arbitrer pour les éventuels maintiens. Mardi 24 mars, soit au lendemain de l'annonce du Premier ministre, cinq demandes ont été reçues.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir