Les enseignants, acteurs engagés, au quotidien, dans la crise

  • L’école de Druelle garde ses portes ouvertes pour les enfants des soignants.
    L’école de Druelle garde ses portes ouvertes pour les enfants des soignants. Centre Presse / E.P. / Centre Presse
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Fermées depuis lundi 16 mars, les écoles ont dû s’adapter pour assurer une continuité pédagogique. Et ce n’est pas parce que les établissements ne sont pas ouverts, que les enseignants ne travaillent pas, bien au contraire.

S’ils sont reconnus localement pour leur travail, les enseignants font partie des acteurs de l’ombre de la crise qui sont oubliés par les grandes instances et les médias du pays.

Mercredi 25 mars, Sibeth Ndiaye, porte parole du gouvernement, a déclaré que "les enseignants ne travaill(aient) pas compte tenu de la fermeture des écoles".

Des excuses ont beau avoir été prononcées, il n’en reste pas moins que le travail et l’engagement des enseignants ne sont pas des plus médiatisés. "On n’entend jamais parler de nous !", interpelle Jérôme Lacombe, enseignant et directeur de l’école Paul-Cayla, à Druelle.

L’enseignement doit continuer, malgré tout

"Nous enseignants, ne sommes pas en vacances", rappelle-t-il. Depuis la mise en place du confinement, il a été demandé aux instituteurs et aux professeurs d’assurer une continuité pédagogique, quel que soit le degré d’enseignement. Et si les outils techniques n’étaient pas forcément prêts, les enseignants, eux, ont su s’organiser rapidement pour permettre à chaque famille de faire l’école à la maison. "Nous sommes en contact au moins deux fois par semaine avec nos élèves ", explique l’enseignant. Car en plus de préparer la classe, corriger les travaux et répondre aux questions des parents, le corps enseignant veille à garder un lien avec les écoliers. Au prix d’une plus grande charge de travail. "Pour ma classe, je passe deux à trois fois plus de temps pour préparer le travail, qu’en temps normal ", souligne le directeur, aussi responsable d’une classe de grande section-CP.

Engagés dans la crise

L’école de Druelle accueille par ailleurs quinze enfants de soignants depuis la fermeture de l’établissement. Et comme plusieurs corps de métiers, les enseignants apportent leur pierre à l’édifice, en cette période difficile. " Nous aidons le personnel soignant à notre manière : en gardant leurs enfants, pour leur permettre d’aller travailler ", ajoute Jérôme Lacombe.

Tous les jours, deux personnes prennent en charge les enfants à l’école Paul-Cayla : un enseignant et un employé de mairie. "L’accueil des enfants de soignants se fait sur la base du volontariat, et beaucoup de mes collègues ont répondu présents" précise-t-il. Et même si les gestes barrières sont plus difficiles à respecter avec les enfants de trois ans, et que l’école n’est pas équipée en masques et en gel hydroalcoolique, "chacun essaie d’apporter son petit truc", conclut l’enseignant.

Margot Pougenq
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

219 €

Appartement de type 1 avec coin cuisine équipée Centre-ville et proche cath[...]

289 €

LOCATION APPARTEMENT SANS FRAIS D AGENCE Une pièce principale avec placard-[...]

45 €

GARAGE FERME ET INDIVIDUEL SITUE RUE DE LA PENDERIE[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir